Blog

EPICURIENS DANS LE VENT

Est-ce l’attrait des ravitaillements de luxe ou l’aspect sportif ou encore l’esprit d’Epicure, en tout cas une vingtaine de Dingos coureurs était inscrite au départ de l’Epicurienne Trail.

20190921 epicurienne groupe

Des DDX déjà bien groupés (photo Jonathan B.)

Avec des montées vers les coteaux de Castelnau d’Estrétefonds, qu’ils ou elles soient inscrit(e)s sur le 11 (La Gourmande) ou le 17 km (L’Epicurienne) – des noms évocateurs -, il fallait être sacrément ancré dans le sol pour affronter un fort d’autan qui balayait la région toulousaine.

En tout cas, le vent a permis de chasser les moustiques, a écrit en plaisant Sylvie R., absente de cette épreuve très gastronomique.

Sur le plan sportif, car il faut revenir à cela, les meilleurs DDX ont été sur le 11 km, Sophie C., qui vient de rejoindre nos rangs, et Vincent D., sur le 17 km. La première a même réussi à être la meilleure féminine en prenant une très belle 19e place.

2019 epicurienne sophie arrivee

Sophie C., escortée pour son arrivée (photo Runningmag)

Les résultats :

17 km (L’Epicurienne) : 33e Vincent Desmoires en 1h 40:46 – 48e Isabelle Orssaud en 1h 44:49 (3e féminine et 2e M1F) – 98e Philippe Cindric en 1h 55:10 – 128e Jean-Luc Mancho en 2h 00:10 – 139e Nadège Laruelle en 2h 01:57 – 218e Lise Boussouf en 2h 13:23.

11 km (La Gourmande) : 19e Sophie Carbonaro en 1h 00 :48 (1ère féminine) – 143e Adam Cantrelle en 1h 15:49 – 165e Stéphane Bréard en 1h 18:19 – 166e Justine Ramel (qui courrait sous le maillot de Natacha Le Goff) en 1h 18:19 – 200e Véronique Monblanc en 1h 20:44 – 212e Joanna Jenouvrier en 1h 21:28 – 230e Gilles Albaz en 1h 23:04 -  255e Hervé Cousin en 1h 26:55 – 298e Michel Batisse en 1h 30:26 – 307e Antoine Totaro en 1h 30:48 – 308e Claude De Sousa en 1h 30:48 – 370e Sandra Pouvillon en 1h 35:45 – 371e Eliane Batisse en 1h 35:46 – 372e Seav Lao en 1h 35:46 – 384e Aline Bittner en 1h 36:43.

LES DDX TRANSFORMENT L'ESSAI

Pour occuper la journée du 8 septembre, initialement prévue pour les 3es Trails des Dingos, le bureau des DDX a fait une proposition innovante : une matinée offrant des activités diverses associant les adeptes de la course à pied ou de la marche nordique.

Avec Stéphane B., « le coach en chef course à pied » à la manœuvre, la soixantaine de personnes, anciens adhérents ou nouveaux, ayant répondu présent a pu se livrer à un test VMA (vitesse maximale aérobie). Mais quésako test VMA ? C’est une valeur qui permet de définir à quelle allure on doit s’entraîner pour faire progresser nos qualités physiologiques.

Et comment se sont passées ces séances tant à la marche qu’à la course ? Sur un anneau de 300 m, les marcheurs nordiques devaient parcourir la plus longue distance en six minutes. Puis, les coureurs, sur le même parcours, devaient courir avec un changement de rythme toutes les deux minutes et ne s’arrêtaient que lorsqu’ils (elles) n’en pouvaient plus.

D’autres DDX se sont initiés à la marche nordique avec un parcours concocté par Jérôme T., notre président.

20190908 121956

Après cet exercice assez exigeant, les DDX ont participé à une course-marche en relais autour du lac proche du Bascala avec force encouragements et rires avant de retrouver un peu de souplesse sous la direction de Jonathan.

Pour clôturer les activités sportives, une « initiation » aux Boules lyonnaises a permis de démontrer que cette activité est vraiment un SPORT.

20190908 134003

La traditionnelle auberge espagnole a clôturé cette matinée dans une ambiance conviviale, à l’image des Dingos de Xeraco qui ont ainsi transformé l'essai qu'il avait préparé.

DURES PYRENEES

«Une expression dit, l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, je n’ai vu ni l’ours, ni l’homme… ni l’arrivée », regrette Stéphanie R., inscrite fin août au Marathon des Oussaillès, dans les Pyrénées ariégeoises.

« En effet, il m’a manqué une petite dizaine de kilomètres pour boucler mon deuxième marathon. Douleurs trop vives, je n’arrivais plus à m’alimenter. Arrivée à un moment, il faut faire la différence entre ténacité et inconscience. De regrets ? Sûrement pas, c’était un jour sans, c’est comme ça ! Mais que de souvenirs, faire un marathon dans un parc régional aussi beau, en longeant le Garbet et le Salat. Des bénévoles dont la gentillesse dépasse tout. Je ne sais pas si c’est le cadre, mais même les participants semblaient gagnés par cette magie. Certes, ce n‘est pas l’ambiance des grands marathons dans les mégapoles, mais je n’échangerai pas ce que j’ai vu et vécu contre une autre course !! », résume l’une des fidèles de la course à pied.

Img 20190825 101529

Stéphanie R., bien entourée et... encore souriante (photo fournie par Stéphanie)

Mais au-delà de la compétition, Stéphanie commente : « Voilà pour la course en elle-même, je vous la recommande, mais attention, même si sur le papier, le parcours est en descente, les Pyrénées restent les Pyrénées.

Mais je voulais revenir sur ce qui s’est passé avant et après cette course. Revenir sur des personnes extraordinaires qui m’ont accompagnée sur les sorties longues, malgré la chaleur et des circuits loin d’être sympathiques. Sur la quantité de messages, d’encouragements qui me sont parvenus pendant la préparation, juste avant la course et après. Les Dingos, vous êtes fantastiques et je tenais à la souligner et surtout à vous remercier. Mais j’aurai l’occasion de venir vous le dire et vous le répéter de vive voix,…... mais quand j’aurai fini de marcher comme une mamie !!!! ».

SAINT-SAUVEUR, PRIEZ POUR NOUS

Chaque année, les Dingos de Xeraco attendent les Foulées de Saint-Sauveur. Mais pour quelles raisons ? Elles sont toutes bonnes, on explique. Tout d’abord, pour se jauger sportivement en fin de saison et souvent en dépit d’une forte chaleur – cette année le 10 km s’est terminé par quelques gouttes de pluie. Mais aussi, comme on parle de gouttes, pour profiter d’un moment convivial dans le cadre de la fête de village et apprécier des gouttes et des bulles, soit une (ou plus) bonne bière.

20190727 foulees st sauveur 9

Bravo "coach" Stéphane (photo Runningmag)

Mais revenons aux choses sérieuses, la compétition. Eh bien, c’est notre coach, certes frère de l’un des organisateurs, qui a tiré son épingle du jeu. Certes, petit joueur, Stéphane B. s’était inscrit sur le 5 km, mais la performance vaut d’être signalé car il a couru en 19:30.

Il était suivi de quatre femmes, qui ont fait mieux que figurer même si l’une d’entre elles est moins assidue à l’entraînement… elle se reconnaîtra.

Sur la plus longue distance, le 10 Km, c’est Olivier D., qui a été le plus rapide et s’est classé 10e de l’épreuve en un peu plus de 41 minutes. Tous les autres ont bouclé le parcours en moins d’une heure sur un parcours certes inversé mais comprenant toujours au moins deux côtes.

20190726 foulees st sauveur 1

Ah ce jambon, comme il va être bon ! (photo fournie par Stéphane B.)

La présence d’une dizaine de Dingos a permis à l’association d’être une nouvelle fois sacrée.

Les résultats :

10 km : 10e Olivier Dupart en 41:36 (2e V2M) – 41e Stéphane Brabant en 47:51 – 57e Claude De Sousa en 50:16 – 64e Jean-Pierre Chataigner en 51:11 – 81e Jean-Pierre Ratier en 56:10 – 96e Eric Pitton en 58:58 – 99e Nicolas Piro en 59:45.

5 km : 5e Stéphane Bellanca en 19:30 (2e V1M) – 33e Sylvie Rousse en 25:31 (1re V2F) – 46e Justine Ramel en 26:57 – 68e Natacha Le Goff en 30:42 (3e V1F) – 77e Patricia Valette en 34:42.

MEME EN ETE ILS COURENT

L’été, la canicule, rien ne leur fait peur !

Plusieurs DDX coureurs ont bravé les températures parfois infernales pour s’adonner à leur sport préféré. Certains ont choisi la route, d’autres les chemins escarpés… selon leurs envies.

C’est le cas de Claude DS qui a retenu la Corrida de Mirepoix-sur-Tarn pour faire valoir les progrès qu’il a réalisés – et beaucoup le reconnaissent – qu’il a effectués au sein de notre association.

Imgp0484

Bel effort de Claude au sprint final (photo fournie par Claude)

Et à Mirepoix-sur-Tarn, il a trouvé le temps agréable. « Une difficulté nous attendait au 2e km avec une belle côte qui n’en finissait pas ». Question résultat, le DDX, qui pratique aussi le volley-ball, a réussi à se hisser dans les 15 premiers à la moyenne de 13,24 km/h ! Et deuxième de sa catégorie V1M ! « Il va falloir que je m’entraîne un peu si je veux passer en 20 minutes, objectif de l’année », a-t-il confié avec une pointe d’humour.

 

Ce n’était pas déjà l’été mais presque. Le 31 mai, Maxime P., l’un des « experts » des DDX s’est inscrit à l’Euskal Trail, qui, comme son nom l’indique, se disputait au Pays basque. « Temps magnifique (un privilège au Pays basque), je suis parti pour l’ultra-trail long de 130 km avec un dénivelé de 7500 m+… mais je me suis arrêté au 44e km (déjà 3000 m de dénivelé positif !). Quand ce n'est pas le jour, il ne faut pas forcer le destin... », a raconté le discret DDX qui n’en garde cependant que de « très bons souvenirs après 44 km de paysages à couper le souffle, les images en témoignent ! ».

Img 20190531 080523308

Maxime au sommet ? (selfie de Maxime)

 

Le résultat :

Course de Mirepoix-sur-Tarn (5km) : 14e Claude De Sousa en 22:40 (2e V1M)

TOUT EST BON POUR COURIR

Qu’ils ou elles soient adeptes de la course sur route ou des trails, parfois très accidentés, les DDX cherchent à varier les plaisirs pour ne pas sombrer dans la monotonie. Certains multiplient les kilomètres et les dénivelés, d’autres préfèrent des distances et des parcours à leur portée.

Voici ci-dessous des courts résumés de leurs performances, qui parfois avoisinent les exploits. C’est aussi un moyen de voyager à travers les bords de mer ou les paysages de campagne ou les sommets montagneux.

C’est le cas de Sébastien P., dont l’objectif était de terminer « dans les temps » le Patou Trail à Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées).

Patou sebastien2

Sébastien au sommet (selfie de Sébastien P.)

« Le défi était de taille avec un départ à 6h30 pour 42 km avec 3300 de denivelé positif. Pour mon premier marathon trail, l’objectif était le plaisir et finir dans les temps. La course s’est très bien passée et j’ai pu profiter des magnifiques paysages et des différents reliefs. Je tiens à remercier tous les DDX pour leur soutien pendant ma préparation sans oublier les conseils de Stéphane C., Adam C. et bien d’autres. Et bien sûr Pierre M. pour les entraînements et les sorties longues du côté de Villemur-sur-Tarn ».

Patou jean luc

Jean-Luc "patou" à fait détendu (photo Sébastien P.)

Non content de parler de son parcours, le discret DDX a signalé la performance de son pote Jean-Luc C. « Il a  participé au 20 km du dimanche avec 2000 m Dev+. Jean-Luc a bien représenté les DDX en finissant ce magnifique parcours en 4h 01 mn au 285e rang des 390 engagés ».

Toujours sur les pentes pyrénéennes, mais en Haute-Garonne, un duo de Nadège a pris le départ du Trail des trois pics à Arbas, commune non loin de laquelle ont été réintroduits des ours slovènes il y a près de dix ans. Ces deux DDX étaient accompagnés d’un ancien membre de l’association, Pierre-Luc V, qui a réussi la performance de terminer 13e du 12 km.

Resized 20190721 124653

Elles ont mouillé le maillot, les Nadège (photo fournie par Nadège L.)

Eh bien, les deux Nadège, certains Dingos les différencient en parlant de Nadège la blonde et Nadège la brune, ont fait mieux que figurer en terminant côte à côte e 12 km (550 m D+) en 1h 46 après avoir traversé les villages de Fougarou et Herran. La première des deux a même le plaisir de franchir la ligne d’arrivée avec son fils.

A noter que Jérôme Bellanca, membre d’honneur des Dingos de Xeraco, a terminé le 22,5 km (1400 D+)  à la 23e place.

Retour au niveau de la mer pour Nathalie H., qui a, elle, participé à une course de 11 km, une compétition familiale organisée à La Chaîeneraie par les Amis de la Hume, à Gujan-Mestras (Gironde).

Gujan

Rien de tel que la famille, n'est-ce pas Nath ?l (photo fournie par Nathalie H.)

Elle était accompagnée de sa nièce, Océane, avec laquelle elle avait commencé à courir à la Bordelaise (8 km) en 2017, puis les deux s’étaient affûtées l’été dernier sur l’île aux Coudres à Québec (26 km) avant de prendre part à « ce petit parcours sans excès de 11 km » à Gujan-Mestras « avec à la clé un petit régal du bassin d’Arcachon ». « Un moment de plaisir partagé en famille grâce aux entraînements dingos. Souvenir de vacances ! Que du bonheur ! », a-t-elle commenté.

Les résultats de toutes ces courses :

Patou Trail à Saint Lary-Soulan :

42,197 km : 320e Sébastien Pellizari en 9h 02:10

21 km : 285e Jean-Luc Chabosi en 4h 01:02.

Trail des trois pics à Arbas :

12 km : 102e Nadège Feuillerat en 1h 46:45 – 103e Nadège Laruelle en 1h 46:47.

La Chêneraie à Gujan-Mestras :

(11 km) : 38e Nathalie Hourtané en 1h 02:26 (3e M2F)

ON NE L'ARRETE PLUS !

Non content de figurer parmi les trois premiers du Challenge DDX course à pied, Sébastien C. n’arrête plus d’engranger les kilomètres. Et que dire des dénivelés ?!

Après le Trail des trois rocs, disputé autour de Saint-Antonin-Noble val (48 km, 2300 m de dénivelé positif), après le 21 km de la Course des crêtes d’Espelette (900 m D+) qu’il a terminé en 2h 26, en guise « d’apéritif » avant le Marato dels Cims (marathon des cîmes) à Ordino dans la principauté d’Andorre, une épreuve qu’il s’était fixée comme véritable challenge.

On vous laisse apprécier son commentaire :

« Samedi 20 juillet, en route depuis le gîte à 7h00 vers Ordino pour le fameux Marato. Départ de cette fabuleuse course une heure plus tard dans une ambiance de folie, chants, clapping, animations diverses et une meute de coureurs tout sourire et prêts à souffrir !

20190727 ordino ph seb calastrenc 4

Pourtant que la montagne est belle (photos fournies par Sébastien)

Début de course très prudent, bien entendu, histoire de s'échauffer mais aussi pour s'économiser au maximum.

La première difficulté arrive très rapidement (km 5) avec un sentier qui monte très fort dans la montagne pour nous mener au sommet Ensegur (km 11). Tout va pour le mieux au moment d'aborder la descente vers le premier ravito.

Je profite donc de cette partie roulante pour mettre un peu de rythme avant d'attaquer la plus grosse difficulté de la journée, la montée vers le sommet de Casamanya (environ 2900m, km 26). Cette montée interminable qui brûle les cuisses mais le mental et le décor prennent le dessus sur la douleur.

La fin de l'ascension n'est ni plus ni moins de l'escalade étant donné qu'il n'y a pas de chemin pour arriver au sommet par cette face !!!

La descente qui suit est très technique et très cassante jusqu'au km 30 où se trouve le dernier ravito.

Les 12 derniers kms sont alors à ma portée mais là encore que de surprises avec de belles descentes et des "coups de cul" à te briser les jambes.

Arrivée à Ordino après 9 heures de course, une belle 245e place sur 750 participants.

De très bonnes sensations sur l'ensemble de la course, pas de fringale ni de crampes et surtout pas de chutes.

Je repars très satisfait et des étoiles plein les yeux tellement, le coin et le parcours sont de toute beauté.

20190727 ordino ph seb calastrenc 6

Objectif atteint, et un grand merci aux DDX pour leurs encouragements, leur soutien et leurs  félicitations. Je vous kiffe !!! »

 

 

GRENADE, TROP CHAUD !!!

Tombée en pleine première canicule de ce début d'été, la nouvelle édition de "Cap sur Grenade" a fortement éprouvé les organismes des Dingos, essentiellement présents sur le 10 km. Seule Céline M. a choisi la plus courte distance (5 km) pour terminer 21e mais surtout 2e M1F.

Grenade 2 301

"Coach Stéphane" en route vers les 40 minutes (photos Runningmag)

Sur le 10 km, notre "coach en chef", Stéphane B., a damé le pion deux "fusées", Olivier D. et Emmanuel D. Tous trois ont terminé dans les 30 premiers d'une épreuve vraiment très délicate à laquelle tous les Dingos, vraiment dingos, ont tenu à franchir la ligne d'arrivée.

Grenade 2 198

Valérie B. essaie d'imiter son mari

A l'issue de toutes les épreuves, quatre membres de notre association ont figuré sur les podiums avec outre, Céline M., les bons classements d'Olivier D., Valérie B. et Eliane B.

Grenade 2 500

Malgré la chaleur, Eliane va figurer sur le podium

Les classements:

10 km: 11e Stéphane Bellanca en 40:46 - 12e Olivier Dupart en 41:20 (1er M2H) - 26e Emmanuel Dudognon en 45:32 - 84e Jean-François Boche en 59:05 - 92e Valérie Bellanca en 1h 02:29 (3e M2F) - 93e Michel Batisse en 1h 02:40 - 107e Natacha Le Goff en 1h 05:48 - 108e Eliane Batisse en 1h 05:51 (2e V3F) - 114e Karine Fourage en 1h 11:20 - 115e Chantal Boche en 1h 11:20.

5 km: 21e Céline Machado en 21:33 (2e M1F).

 

ESPELETTE VAUT BIEN UN POEME

Preuve de la réussite de ce séjour à Espelette, Michel B., l’un des participants, a tenu à rédiger le poème ci-dessous.

20190706 rando miam miam isa et didier 9

 

Super week-end complètement dingo.

Les Basques guettent sous la chaleur,
Les DDX démontrent toutes leurs valeurs.

On a souvent dit que le sport était espace de convivialité.
On peut dire que ce week-end a été espace de grande amitié.

20190710 course corinne 11

D élirant
D émoniaque
X trème

Que ces trois lettres majuscules soient celles qui nous unissent pour toujours.

20190706 espelette trail sylvie
Une course des crêtes qui a atteint des sommets.

IL FALLAIT ETRE PRESENT

Que dire de ce week-end « DDX » à Espelette en ce début juillet ? Qu’il a été organisé de main de maître par une équipe dévouée et imaginative autour de Nathalie H. et Véronique M.

Img 20190707 wa0000

Tout a été réussi, du voyage aller-retour en autocar au départ de Bruguières, de la Course des Crêtes (avec ces différentes épreuves allant de la marche miam-miam – le nom est évocateur – aux trails de longueur et dénivelés divers) ou la soirée basque et au séjour dans le gîte de Bidarray.

20190707 bidarray promenade 6

  • Le voyage : outre l’autocar mis à disposition par l’association, tous les participants ont eu droit à la « tenue de soirée » : un t-shirt blanc, un foulard rouge et toutes les instructions pour passer un bon week-end basque. Ou encore les "blind tests" animés par Jean-Pierre R. et qui a mis une folle ambiance - n'est-ce pas Serge P. ? - ou le paquito improvisé dans le couloir du car.
  • La Course des crêtes : plusieurs distances étaient proposées – et même une marche nordique - sans nos vaillants DDX, dommage -. Les plus courageux ont choisi le 26 km, ceux un peu moins dingos ont retenu le 20 km, le plus gros contingent a préféré le 14 km, déjà bien éprouvant avec ses trois km de côtes presque ininterrompu. Sur la plus courte distance, Jean-Marc L. a terminé dans les 50 premiers et même sur le podium des M2H (3e).
  • La soirée basque : là, ce n’était pas du ressort des DDX, mais de l’organisation. Un repas de qualité avec un service « aux petits oignons » et une ambiance de feu. Tout cela précédé d’un apéro au son d’un orchestre de jeunes femmes et leurs accordéons.
  • Le gîte de Bidarray : bel endroit dans la campagne basque avec des chambres à partager, un petit déjeuner et un déjeuner copieux et varié avant une promenade dans la campagne environnante – merci Nathalie H. -, une partie de pétanque ou de möllki.

Bref, les absent(e)s ont eu tort, mais s’ils le veulent, ils peuvent se rattraper l’an prochain… à Espelette ou ailleurs, mais toujours dans une telle ambiance conviviale, à l’image des Dingos de Xeraco.

Les classements :

28 km (947 arrivants):  130e Sébastien Calastrenc en 2h 26:39 - 215e Stéphane Bellanca en 3h 14:27 – 378e Erwan Cornec en 3h 27:44 - 500e Frédéric Crespel en 3h 38: 57 - 755e Jean-Luc Mancho en 4h 03:30.

21 km (1026 arrivants):  172e Eric Paute en 2h 30:14 – 819e Eric Pitton en 3h 19:26. On ne sait pourquoi le temps de Serge Pons n’a pas été enregistré… mais il a terminé l’épreuve aux alentours de 2h 53.

14 km (994 arrivants) : 43e Jean-Marc Lartigue en 1h 16:35 (3e M2H) - 233e Claude De Souza en 1h 34:57 – 428e Bruno Fiévez en 1h 44:24 – 519e Alexandrine Pons en 1h 47:51 – 520e Nathalie Hourtané en 1h 47:51 – 534e Jean-Pierre Ratier en 1h 48:17 – 535e Marion Ratier en 1h 48:17 – 548e Véronique Monblanc en 1h 48:51 – 550e Gilles Ramel en 1h 48:53 – 604e Sylvie Rousse en 1h 50:51 - 764e Corinne Delpeyroux en 1h 57:02.

COURSE DES CRETES AU SOMMET

Avant de vous raconter en détail la "sortie association" à Espelette, voici un petit mot de Michel B. donnant une impression sur ces deux jours au Pays basque.

"Super week-end complètement dingo.

20190706 espelette 5

Les Basques guettent sous la chaleur,
Les DDX démontrent toutes leurs valeurs.

20190706 espelette groupe

On a souvent dit que le sport était espace de convivialité.
On peut dire que ce week-end a été espace de grande amitié.

D élirant
D émoniaque
X trème

Que ces trois lettres majuscules soient celles qui nous unissent pour toujours.

Img 20190708 isa et didier 28

Une course des crêtes qui a atteint des sommets".

IL ENCHAINE COURSE SUR COURSE

 On savait que Jean-Luc M. allait courir son 14e marathon à Londres, mais on ignorait s’il l’avait terminé.

Eh bien oui, le grand et discret DDX, toujours coiffé de sa casquette, s’est aligné sur ce marathon parti de Greenwich – vous savez le fameux méridien – et l’a fini en 4 heures et 19 minutes.

20190428 jean luc marathon de londres 1

Il l'a bien méritée sa médaille (photo fournie par Jean-Luc)

« Certes, ce n’est pas mon meilleur temps, mais c’est un «marathon que je recommande à tous les Dingos pour la magie de la ville et la beauté du parcours », a commenté Jean-Luc ajoutant que le départ s’est effectué à 11h30 heure français (puisque ces English ont une heure de décalage avec nous les Frogies.

Et de louer « l'organisation au top mais aussi et surtout pour l’ambiance de folie du début à la fin » notamment dans les rues du centre de Londres. « Du jamais vu depuis celui de New York », a-t-il noté.

Mais non content d’avoir terminé son 14e marathon – à quand le 15e cher Jean-Luc ? – il s’est inscrit à la 2e édition du BisCoteaux trail à Vigoulet-Azil. Cela au lendemain de la victoire du Stade toulousain sur l’AS Clermont.

Biscoteaux jean luc

Et il rend hommage aux champions de France de rugby (photo Runningtrail)

Cette épreuve de 19 km avec un dénivelé positif de 420 m, il l’a courue en 2h 02 et «j’ai amélioré mon temps d’une dizaine de minutes par rapport à l’année dernière » sur un « parcours sympa avec de belles vues ».

Tout comme pour le marathon de Londres, ce DDX, qui se dit « pas bon narrateur », recommande d’y participer.

 

UN BEL ELAN POUR ELA A BRAX

Les courses à pied ou les marches nordiques sont souvent l'occasion de s'impliquer, bénévolement ou financièrement, pour des associations caritatives. Les 3es Trails des Dingos que nous organisons le dimanche 8 septembre prochain en est la parfaite illustration.

Eh bien, pour les Foulées braxéennes, c'est l'association nationale ELA qui a été retenue pour la remise d'un don. C'est pourquoi plusieurs marcheurs nordiques et coureurs étaient présents à cette épreuve très agréable avec de nombreux passages dans les bois ou sur les chemins.

Brax sandrine nicole

Sandrine M. et Nicole R. sur les chemins (photo Runningmag)

Si les adeptes de la course à pied étaient peu nombreux - les autres participaient à des préparations marathon, des compétitions ou des sorties DDX -, cela n'a pas empêché de décrocher un podium sur le 5 km. Ayant décidé d'accompagner sa complice Sandrine M. Nicole R., qui fait une pause sur la course à pied, a terminé première des V3F.

Brax nicole podium

Nicole R. sur le podium -à droite - (photo Sandrine M.)

Les marcheurs nordiques, bien plus représentés (9 au départ) , ont réussi cinq podiums avec Norbert N., Thierry G., Joël L., Odile R. et Didier R., ce dernier ne participe que très rarement à des compétitions.

Brax norbert

Norbert, tout sourire (photos Runningmag)

Brax odile

Odile mène un petit peloton

Belle nouvelle moisson pour les DDX marcheurs !

Les résultats:

5 km course à pied: 127e Sandrine Moreau en 44:06 - 128e Nicole Ramel en 44:06.

9 km marche nordique: 4e Norbert Baloche en 1h 10:21 (2e V1M) - 8e Thierry Guillot en 1h 10:52 (3e V2M) - 8e Joël Lauzu en 1h 13:55 (3e V1M) - 11e Odile Roland en 1h 14:28 (2e féminine du scratch et 1re V2F) - 27e Patrice Lloret en 1h 19:13 - 33e Nathalie Augade en 1h 20:39 - 54e Claudine Belaud en 1h 27:23 - 58e Didier Rivière en 1h 29:47.

LES LIEVRES ET LA TORTUE

Oui, c’est une adaptation de la fable de Jean de Lafontaine mais il est vrai qu’il y avait de sacrés lièvres lors de la dernière Tortue des mères, fin mai à Beauzelle;

Tortue marche pierre norbert

Des DDX bien groupés autour de Pierre R. - en bleu ciel - (photos Runningmag)

Des lièvres, qui a l’image de la même fable ont choisi de courir… mais ils ont terminé, eux ! Et d’autres ont préféré marcher… parfois vraiment très vite ! Et les marcheurs étaient nombreux à cette épreuve qui passe un bon moment le long de Garonne avant de remonter vers le stade de Beauzelle.

Tortue boryce fred 1

Boryce P. (rouge) et Frédéric C. (orange), de vrais lièvres !

Puisqu’ils étaient les plus nombreux, commençons donc par eux, les marcheurs nordiques. Et en premier lieu, Rui DV, qui a remporté le 10 km marche nordique en moins d’une heure ! Derrière un trio a réussi à terminer dans les premiers avec dans l’ordre Joël L. (2e), Norbert B. (4e) et Odile R. (8e). Et cela a donné une moisson de podiums !

Tortue marche arrivees1

Rui DV., Norbert B., Joël L. en terminent...

Tortue marche odile

...devant Odile.

Derrière les autres ont fait bonne figure même s’ils ne participent qu’épisodiquement à des compétitions comme Doriane M., Marie-Hélène R. ou Robert B.

Tortue marche arrivees2

Doriane M. (devant Magalie N.), Marie-Hélène R. et Robert B. au bout de leur 10 km

Chez les coureurs, là encore des podiums avec celui d’Olivier D., 2e V2M, - sa vitrine doit désormais être copieusement garnie de trophées -, Jean-Pierre C. (2e V3M) et Véronique M. (3e V2F), qui n’en croyait pas ses yeux à la lecture du classement du 10 km, la distance qu’avait choisie tous ces DDX.

Tortue olivier

Olivier D., fringant à l'arrivée...

Tortue podium olivier

...et souriant sur le podium

Tortue podium j pierre

Heureux Jean-Pierre C. (à gauche)...

Tortue podium verojpg

... et Véronique M. (à gauche) encore étonnée de sa performance.

 

Les résultats :

10 km marche nordique : 1er Rui Das Vinhas en 59:31 – 2e Joël Lauzu en 1h 16:22 – 4e Norbert Baloche en 1h 17:13 – 8e Odile Roland en 1h 21:51 (2e féminine du scratch) -  12e Pierre Roland en 1h 25:19 – 13e Patrice Lloret en 1h 26:08 – 19e Marie-Hélène Roty en 1h 31:41 – 21e Doriane Mairal en 1h 32:00 – 22e Magalie Noël en 1h 32 02 – 28e Robert Bouvier en 1h 37:34.

10 km : 20e Olivier Dupart en 44 :00 (2e V2M) – 37e Boryce Pérate en 46 :43 – 49e Frédéric Crespel en 48 :04 – 89e Jean-Pierre Chataigner en 52 :30 (2e V3M) – 171e Véronique Monblanc en 1h 02 :57 (3e V2F).

DESESPEREMENT DINGOS

La parité hommes-femmes a été respectée chez les DDX lors du Desesperado Trail, une épreuve autour de Revel et du lac de Saint-Ferréol.

En effet, Christine G. et Isabelle O., les deux inséparables à l’entraînement, étaient présentes au départ de cette épreuve très sélective (27 km, 1400 m de dénivelé positif) avec Pierre M. et Jean-Luc M., le spécialiste du marathon (14 à son actif).

Despe isabelle christine

Isabelle O. et Christine G. dans l'une des montées (photos Runningmag)

« Parcours très exigeant, des cailloux, rivière, des côtes, euh...plutôt des murs, a commenté Christiine G, bref, une belle journée en bonne compagnie ! ». C’est pour elle, une compétition « à refaire mais...pas tout de suite ! ».

De son côté, le grand Jean-Luc a estimé qu’après « une longue période d'entraînement sur route pour préparer le marathon de Londres, cette course m'a permis de changer de terrain de jeu ». « Très belle expérience car malgré la distance et les difficultés nous sommes restés ensemble du début à  la fin », a ajouté le DDX, resté en compagnie des deux femmes.

Despe pierre j luc

Pierre M. et Jean-Luc, toujours très décontracté.

Devant, Pierre M. a réussi à passer sous la barre des 4 heures, ce qui n’est pas une mince affaire pour une telle épreuve. « Je suis très content car j’ai amélioré de cinq minutes mon temps de l’an dernier », a précisé le discret coureur ajoutant que le parcours se faisait dans le sens contraire de celui de 2018.

Belle performance des trois autres DDX, qui terminent dans les deux premiers tiers du classement.

Les résultats :

27 km : 131e Pierre Marty en 3h 56:30 – 185e Jean-Luc Mancho en 4h 18:05 – 186e Isabelle Orssaud en 4h 18:05 – 187e  Christine Galvez en 4h 18:05.

 

CAP SUR CAP MONTAS

Certes, ils étaient moins nombreux que d’autres années, il n’empêche que six DDX (dont deux accompagnés de Karl, leur « fusée  de fils », 3e du 8 km) ont pris part à la Foulée Cap Montas en forêt de Buzet.

Cette année, tous avaient retenu le 8 km avec « une seule côte », a précisé Chantal B. Une côte à la fraîche dans la forêt de Buzet en ce dimanche ensoleillé.

Cap montas chantal

Chantal à l'arrivée (photos Runningmag)

S’ils n’étaient pas nombreux, les DDX n’en ont pas moins fait de bonnes performances, à commencer par Boryce P., qui a terminé 22e de cette distance et a figuré sur le podium des  M2H en moins de quarante minutes.

Cap montas boryce arrivee

Boryce P. (maillot blanc) vole vers l'arrivée

Derrière lui, figure un quintet entre 50 et 55 minutes, parmi lesquels Jean-François B. et Isabelle O., qui terminent dans le même temps. Cette dernière a eu, comme Jean-Pierre C., couru un kilomètre et demi de plus en raison d'une erreur d'aiguillage.

Cap montas jean francois isabelle

Jean-François B. fonce vers l'arrivée et devance Isabelle O. (à droite)

Cap montas jean pierre arrivee 1

Jean-François C. main dans la main avec un compagnon de route

Il y avait aussi Alain V.L, le Belge de l’association qui voulait se faire plasir avant de repartir vers son Plat pays. Pas mal sur un parcours assez sélectif !

Les résultats :

8 km : 22e Boryce Pérate en 38:51 (3e M2H) – 61e Jean-François Boche en 50:58 – 62e Isabelle Orssaud en 50:58 - 80e Jean-Pierre Chataigner en 51:23 – 96e Alain Van Lommel en 52:01 – 148e Chantal Boche en 53:48.

PEU IMPORTE LA DISTANCE

Certains DDX, qu’ils (elles) soient coureurs ou marcheurs, préfèrent les courtes distances pour montrer leur talent. D’autres, à l’image de Sébastien C., optent plutôt sur « du long ».

Ainsi, celui-ci s’est inscrit sur le Trail des trois rocs à Saint-Antonin-Noble val, à « la frontière entre Tarn et Tarn-et-Garonne ».

Resized 20190530 123229 1596

Vue d'une des difficultés à franchir (photos Sébastien C.)

Voici son résumé repris in extenso : « 48 kms, 2300 D+, 150 participants, un temps magnifique (les photos en témoigneront). Départ prudent car c'était une première pour moi sur une telle distance. 

Une première boucle réalisée à un bon rythme car je finis les 21 premiers kilomètres et les 1000m de dénivelé positif en 2h 40.

Resized 20190530 072647 5053

Sébastien C. et un ami avant le départ du trail

Il est alors temps d'attaquer la deuxième boucle beaucoup plus exigeante. 

Les péripéties commencent au 30eme km avec des douleurs à l'estomac qui ne me quitteront plus jusqu'à l'arrivée. Malgré ça, je ne lâche rien mais mon rythme s'en ressent surtout dans les pentes très agressives de Saint-Antonin-Noble (25 à 30% de moyenne). Je gère alors ma course pour terminer en 8h20.

Resized 20190530 070037 7395 2

Même en course, Sébastien apprécie le paysage

Certes le temps n'est pas terrible mais l'objectif principal est atteint, je suis « un finisher », c'est bien l'essentiel sur un tracé aussi dur !!!

A noter qu’il y a eu environ une quarantaine d'abandons en comptant les personnes arrivées hors délais. 

Que dire de plus… si ce n'est une organisation au top, un parcours de toute beauté où il est impossible de s'ennuyer tellement les décors sont magiques. 

Pour les amateurs de trail, je recommande cette course car même le 25 km est vraiment top à parcourir ».

TOUJOURS SUR LA BRECHE

Courant toujours vers la performance, Céline M., DDX et sociétaire du Stade toulousain athlétisme, a enchaîné les courses ces dernières semaines en compagnie parfois d’autres Dingos rapides.

« J’ai cumulé les courses en ce mois de mai, même moi je n’arrive pas à suivre pour vous les communiquer », a expliqué la discrète DDX… que nous avons souvent du mal nous aussi à suivre… mais là en courant.

Céline a d’abord retrouvé quelques DDX, rapides eux aussi, à Pouvourville. Inscrite sur le 10 km qu’elle a terminé dans les 100 premiers du scratch et deuxième de sa catégorie d’âge. Ses deux compères du jour ont fait mieux que se comporter. Olivier D. s’est classé 24e en moins de 42 minutes (1er V2M) et Jean-Pierre C. a terminé dans les 150 premiers en un peu plus de 50 minutes.

Pouvourville les 3

Céline M., bien entourée par Jean-Pierre C. et Olivier D. (photo fournie par Céline)

La semaine suivante, l’inarrêtable Céline était au départ de la Grat’1 tour chez nos voisins. Une épreuve à laquelle bien peu de DDX ont pris part cette année au sein de la centaine de coureurs.

Gratentour celine

Arrivée de Céline à la Grat' tour (photo Runningmag)

Et bien lui en a pris puisqu’elle termine 6e et première femme du 6 km. Seul à ses côtés et portant fièrement les couleurs de l’association, figurait le petit Belge, Alain V.L, qui a terminé le 12 km avec deux boucles du parcours (et une côte boueuse que les DDX connaissent bien… et n’apprécient pas particulièrement), en un peu plus d’une heure.

Img 3434

Alain VL, le Belge à l'arrivée (photo Runningmag)

Les résultats :

10 km de Pouvourville :

24e Olivier Dupart en 41:59 (1er V2M) – 98e Céline Machado en 46:56 (2e V1F) – 141e Jean-Pierre Chataigner en 50:17.

La Grat’1 tour :

6 km : 6e Céline Machado en 27:06.

12 km : Alain Van Lommel en 1h 01:50.

UN ANNIVERSAIRE ROYAL

Il y a peu, Nicolas P. et son fils Jules ont pris part pour la 2e fois à la 40e édition des 20 km de Bruxelles… une fois, ajouteraient les Français en se moquant de nos voisins et amis belges.

Unadjustednonraw thumb 175f0

Nicolas P. et son fils (photos fournies par Nicolas)

«Il y avait plus 40 000 participants et le départ du premier sas a été donné par le roi des Belges en personne. Royal ! », nous raconte le grand DDX. « Royal aussi car nous avons tous les deux bien terminé, en améliorant nos temps de l'année précédente. 1h 57 pour moi (4 minutes de mieux qu'en 2018) et 1h 26 (!) pour Jules qui gagne 20 minutes par rapport à la précédente édition. Il s'était entrainé dur pour tenir la distance », a poursuivi Nicolas en oubliant de dire que le jeune homme venait de passer quelques semaines en altitude en Argentine et que ce stage avait vraisemblablement boosté ses globules rouges.

Unadjustednonraw thumb 1737a

« Pour moi, j'ai suivi à la lettre le programme de coach Stéphane pour le semi d'Albi et ça s'est très bien passé. Merci coach », a précisé le DDX en notant que c’était pour lui « un vrai moment de bonheur de courir avec le fiston » et de revoir ses amis belges et de boire une bonne bière après.

Son épouse, Frédérique, ex-DDX, avait même tenu à les décorer avec des fleurs. « Je recommande à tous les DDX car c'est impressionnant la popularité de l'épreuve et la gentillesse des Belges », a conlu Nicolas.

Le résultat :

20 km de Bruxelles : 16057e Nicolas Piro en 1h 57:43.

ESPELETTE NOUS ATTEND

Dans un peu plus d’un mois, une quarantaine de DDX, essentiellement coureurs, participeront à La course des crêtes à Espelette, dans ce charmant et pittoresque village des Pyrénées-Atlantiques. C’est le lieu choisi cette année pour la « sortie club », comme l’appelle Pierre P., notre trésorier.

Certain(e)s ont choisi la plus longue distance de course, le 28 km, n’est-ce pas Stéphane B. ?. D’autres, plus prudents en raison de la difficulté du parcours, ont préféré le 14 km. Et d’autres encore ont opté pour la « sortie Miam-miam », une randonnée de 16,5 km avec de multiples arrêts gastronomiques. De quoi profiter tranquillement, mais sportivement, des beautés du paysage et des spécialités locales.

En tout cas, les DDX ont eu un « éclaireur » pour repérer les lieux en Didier et Nadine B., qui ont voulu, dès à présent, marquer leur territoire et nous rappeler ce futur évènement sportif et convivial. Ah la soirée d’après-course !!! On ne vous dit que ça.

Espelettre didier

PREMIERS DE CORDE(E)S

Si le Président Emmanuel Macron a évoqué il y a peu les premiers de cordées qui tirent les autres, les DDX comptent parmi les participants de cordée… ou plutôt de Cordes… sur ciel.

Oui, la blague est lourde, mais les performances sont réelles sur un parcours de trail de 10 km autour et dans la cité médiévale du Tarn.

Frédéric Crespel, toujours à la recherche des temps de ses 20 ans (lol), a terminé dans les 50 premiers en moins d’une heure sur un terrain escarpé avec des chemins autour de la cité et les ruelles situées en son cœur.

Cordes les 4

Frédéric C. et ses drôles de dames (selfie Frédéric)

Le trio de femmes qui l’accompagnait, à savoir Véronique M. et les deux Nadège F. et L., que certains appellent « Nadège la brune » et « Nadège la blonde », ont fait tout aussi bien en moins d’une heure et quart… ou presque.

Cordes les 3 femmes

Nadège L., la blonde, Nadège F., la brune, et Véronique M. (selfie Nadège L.)

 

Les résultats :

10 km : 47e Frédéric Crespel en 57:37 – 168e Nadège Laruelle en 1h 12:14 – 191e Nadège Feuillerat en 1h 14:57 – 197e Véronique Monblanc en 1h 15:10.

 

"PETITE SORTIE" EN FAMILLE

Comme tous les ans, la famille de Bruno F., part en expédition pour une course. En 2017, elle avait porté son dévolu sur Barcelone. L’année suivante, elle avait retenu Genève et cette année, Madrid.

Pourquoi le blog nous parle-t-il de cela ? C’est une histoire privée !

Eh bien non, car cette « petite sortie » en famille est l’occasion de participer à un marathon, notamment.

Pour les deux premières années, il n’y avait que les garçons de Bruno… inscrits sur le marathon.  Cette année, il y avait cinq inscrits dans sa famille : deux sur le marathon et trois sur le semi.

« Malheureusement à trois semaines du départ, un forfait sur blessure et Maman n’ira pas chercher son record. Pour Mademoiselle, c’est carrément sa première course et elle commence par un semi ! », nous raconte le papa sportif et DDX.

«Le lièvre Hugo (pas Victor, bien sûr) part le marathon avec l’objectif de finir en 3h 30. Il le fera en 3h 29. Julien, lui, est sur le marathon, mais il sera à côté de sa sœur jusqu’à la séparation des parcours entre semi et marathon, soit au 17e km. Son objectif est plus modeste : terminer en 4h 36. Finalement, il ne passe pas loin en 4h 36.

Mademoiselle Emma n’avait, elle, que l’ambition de finir. Elle fait mieux en 2h 09.

« Reste Papa qui voulait juste accompagner sa fille afin de ne pas pénaliser le frère accompagnateur ». Bruno termine le semi en 2h 06.

Bref, pour cette famille, un bon moment de partage. « Une très belle organisation, un temps superbe et puis, courir en famille, que du bonheur ! ». « Reste à définir la course de l’an prochain », conclut le grand Bruno.

LE PRINTEMPS, SAISON DES SEMIS

Si le printemps est propice aux semis de légumes, et le mois d’avril encore plus pour les courgettes, pour les DDX c’est également une saison favorable aux semis… marathons, bien sûr.

Ainsi, « le 28 avril, jour de la Sainte Valérie, ce ne sont pas moins de huit coureurs qui se sont élancés pour le semi-marathon d’Albi », pour lequel elles et ils avaient suivi une préparation sous la direction de « coach Stéphane ».

Albi groupe

Il manque juste Christine G. pour compléter ce tableau (photos fournies par Stéphane B.)

Pour les DDX, c’est un parcours vallonné qui leur était proposé avec un final d’athlète sur la piste du Stadium d’Albi qu’ils ont couru « au sprint bien sûr », a affirmé Stéphane B. ? l’auteur de ces quelques lignes.

« Une première pour Valérie B. qui termine avec un bon chrono de 2h 17:31, ainsi que pour Claude DS, qui a établi un temps remarquable de 1h 48:42. ». Pas mal pour des débutants sur la distance !

Albi valerie

Superbe première pour Valérie B.

Les autres Dingos, plus aguerris sur la moitié du marathon, ont réalisé des temps intéressants à l’image des frères Bellanca et particulièrement de Jérôme, membre d’honneur de notre association.

 

Celui-ci était également présent la semaine précédente à Gratens pour remporter le semi-marathon et devancer de quelques places Olivier D., notre « flèche » du 10 km qui se lance sur des parcours plus longs.

« J’étais avec Jérôme et je n’ai plus le suivre que sur trois kilomètres, a confié Olivier ajoutant avec réalisme et humour...en même temps je vais avoir 53 ans cette année ».

«La course s’est déroulée sous la pluie avec un peu de vent et quelques côtes sympas… surtout la dernière à un km de l’arrivée. Je termine cinquième du classement scratch et 1er des M2H… quant à Jérôme je vous laisser deviner… en un temps de 1h 14:26 ».

 

Et puis, cette période printanière est plus favorable aux sorties des DDX marcheurs ou coureurs. Parfois, elles donnent lieu à des surprises. Ainsi, ce dimanche un « nouvel adhérent » a participé à la sortie proposée par Frédéric C. entre Bruguières et Saint-Sauveur et à laquelle il a ajouté «quelques brasses dans les ruisseaux des bois » traversés, nous a informés Sandra D.

20190426 groupe sortie 1

Le nouveau DDX bien entouré (selfie Sandra D.)

« Je vous envoie son joli museau mais il faut vérifier s’il est en règle avec la paperasse ». A voir avec les dirigeants de notre association, effectivement.

 

Les résultats :

Semi-marathon de Gratens :

1er Jérôme Bellanca en 1h 14: 26 – 5e Olivier Dupart en 1h 27:15 (1er M2H).

Semi-marathon d’Albi :

8e Jérôme Bellanca en 1h 15:28 – 79e Stéphane Bellanca en 1h 28:30 – 370e Christine Galvez en 1h 46:09 – 452e Claude De Sousa en 1h 48:42 – 684e Didier Bouhyer en 1h 58:05 – 732e Frédéric Didier en 2h 00:12 – 847e Myriam Revellat en 2h 07:07 – 955e Valérie Bellanca en 2h 17:31

JOINDRE L'UTILE A L'AGREABLE

Il est vrai que la mission première des Dingos de Xeraco est de participer à des entraînements ou à des sorties, qu’il s’agisse de course à pied ou de marche nordique.

Cependant, l’esprit de l’association, relayé par son slogan « Courir pour soi, courir ensemble », est également celui de la solidarité. Preuve en est, à chaque compétition que les DDX organisent les bénéfices sont reversés à des associations. Par exemple, l'APECO (association de parents d'enfants atteints de cancer ou de leucémie) en 2017, SOS Prema Occitanie en 2018… et désormais Oscar’s Angels pour la 3e édition des Trails des Dingos (le dimanche 8 septembre prochain).

Certains DDX marcheurs participent ça et là à des courses à but caritatif pour le plus grand bien de leur corps et également de leur cœur.

C’était le cas, lors de la course Odyssea disputée dans les rues de Toulouse. Certes les trois Dingos présents (Sandrine M., Justine et Nicole R.) ont participé à une course non chronométrée (5 km) mais au-delà de la compétition c’était l’esprit d’entraide qui les animait puisque cette course était chargée de récupérer des fonds pour la lutte contre le cancer du sein.

D’autres Dingos coureurs ont également fait preuve de solidarité… écologique cette fois. L’idée lancée il y a quelque temps par Jean-Luc C., a été reprise lors d’une sortie dans les bois de Bruguières et Cépet.

Plogging 1 592x381

Le "plogging" à la mode (photo internet)

Tout en courant, les participants à cette sortie ont « réussi à remplir pas moins d’onze sacs poubelle de divers détritus (bouteilles, verres en plastique, canettes aluminium, paquets de cigarettes) », a confié Sébastien P., qui avait fait la proposition de sorties et a remercié vivement les participants.

Enfin, sans but précis, mais toujours avec la volonté solidaire d’épauler les DDX, d’autres coureurs ont parcouru les rives du canal des Deux-Mers.

Ddx sortie

 

LOIN OU PRES, LES DDX SONT LA

Cette fois-ci le temps était clément sur la Paren’dix et les DDX présents sur les deux distances (5 ou 10 km) en ont profité pour réaliser de belles performances.

Sur le plus long parcours de cette épreuve de Parentis (Landes), Didier B., venu avec son épouse Nadine à l’invitation d’autres Dingos marcheurs, le couple Frédéric et Nathalie B., a « speedé » à la vitesse de près de 12 km/h (11,8 km exactement) et a pris le meilleur sur le grand Guy D.

20190406 paren dix groupe

Un groupe bien soudé dans l'arène (photos Jonathan B.)

Quant à Nadine B., elle a réussi un beau temps – pas la météo, bien sûr – échouant de quelques secondes à franchir la barre de l’heure de course.

Presque « régionale de l’étape », Justine R. avait, elle, choisi de battre son record sur ce parcours plat et roulant. Chose faite avec un temps de 25:12, soit une moyenne également proche des 12 km/h et une place sur le podium (2e) des seniors féminines.

20190406 paren dix justine

Justine surveillée de près par Didier et Guy

De leur côté, deux DDX coureurs avaient préféré s’éviter un long déplacement et ont participé à la 13e édition des Pieds en fête organisée par les Cloche-pieds à Saint-Lieux-lès-Lavaur (Tarn).

Au départ de cette bourgade, qui abrite un des derniers trains à vapeur de France, Jean-Pierre C. avait porté son dévolu sur le 10 km. Très en jambes, le retraité des DDX a fini 56e (sur 192), a-t-il précisé en un temps canon de 47:44. « Le parcours était très sympa, avec une météo idéale, avec en le 5e et le 6e km une côte assez dure d’un km de Saint-Lieux à Giroussens », le village des potiers du Tarn.

Son partenaire sur cette épreuve était le jeune Florent L., inscrit sur le 5 km qu’il a terminé en 24:27, soit à plus de 12 km/h. Vraisemblablement son meilleur temps sur cette courte distance.

 

Les résultats :

La Paren’dix :

10 km : 101e Didier Bouhyer en 50 :12 – 121e Guy Dulor en 52:29 – 175e Nadine Bouhyer en 1h 00:32.

5 km : 43e Justine Ramel en 25:18.

 

Les Pieds en fête :

10 km : 56e Jean-Pierre Chataigner en 47:44.

5 km : 51e Florent Lopez en

 

VITE, VITE, ESPELETTE !!!

Les Dingospelettes, en charge d'organiser la sortie du club à Espelette, vous font passer le message suivant:

 

Quelques places encore disponibles pour le weekend du 5 & 6 juillet 2019 ! 

Ne perdez plus de temps, nous avons ouvert les inscriptions aux associations extérieures.

2 liens utiles pour vous inscrire :

L'inscription à une randonnée, un parcours MARCHE NORDIQUE ou TRAIL, le repas ADULTE :

clic : https://www.coursedescretes.com/  

 

L'hébergement (nuitée, petit déjeuner, déjeuner du dimanche), transport, organisation : 40 € pour les DDX, 50 € pour le conjoint non adhérent et 60 € pour les extérieurs (chèque à l'ordre des Dingos de Xéraco à remettre sous enveloppe dans la boîte aux lettres de la Mairie de Bruguières). 

Prise en charge totale du transport pour les adhérents par l'Association.

Mon Parcours, Mes Mensurations, Mes coordonnées :

clic : https://doodle.com/poll/mi4pt7g4rxqq6nuh  

LEUR VIOLON D'INGRES: LA COURSE

Si pour le peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres, natif de Montauban, la passion c’était le violon, pour quelques DDX c’est la course à pied. C’est pourquoi, même s’ils (elles) étaient moins nombreux que les années précédentes, ils ont représenté notre association sur les épreuves du marathon de Montauban, soit le 21 km, soit le 10 km.

Le grand Philippe C., également président du Bruguières Vélo Club, s’est présenté sur le semi-marathon et l’a terminé en moins de deux heures (1h 54).

Resized 20190331 102825 359922547457618

Fred et ses deux.protégées (photo fournie par Sandrine M.)

Quant à Sandrine M. et Marie-Ange L., elles avaient fait appel à leur coach privé, Frédéric D., pour les épauler tout au long du 10 km qu’elles ont parcouru en moins d’une heure et onze minutes.

Les résultats :

21 km : 665e Philippe Cindric en 1h 54 26

10 km : 1347e Marie-Ange Lafragette en 1h 07:14 – 1412e  Sandrine Marty en 1h 10:59.

 

LE SATUC C'EST PAS DU TOC !

Le Trail nocturne du SATUC était pour une poignée de coureurs et marcheurs un premier temps fort de ce printemps.

Ce sont les adeptes de la marche nordique qui étaient le plus nombreux au départ (et à l’arrivée) des épreuves proposées au programme avec soit de 8 à 22 km en course à pied, soit une marche de 8 km avec une ascension vers Pech-David, au sud de Toulouse.

Une fois n’est pas coutume, honneur aux marcheurs qui a réussi de belles performances  - trois DDX parmi les 20 premiers - et quelques podiums de catégorie d’âge comme Joël L. et Norbert B., respectivement 2e et 3e des V1M ou Odile R., 3e des V2F.

En course à pied, seuls deux DDX – mais pas des moindres ! – avaient opté pour le 22 km appelé « L’Equinoxe ». Le « coach » Stéphane B. a réussi un excellent classement (43e) en moins d’une heure cinquante. Quant à Fred D., il a parcouru la distance en 2h 27:43.

Sur les distances plus courtes, Céline M. a terminé 2e V1F du 12 km (La Printanière) et Christian D., 1er V5M du 8 km, intitulé « La Découverte ».

Les résultats :

Marche nordique (8 km) : 6e Joël Lauzu en 1h 00:48 (2e V1M) – 11e Norbert Baloche en 1h 02:04 (3e V1M) – 20e Jérôme Thomas en 1h 09:36 – 23e Odile Roland en 1h 10:00 – 24e Nathalie Augade en 1h 10:24 - 30e Claire Roux en 1h 11:34 – 43e Evelyne Cazaux en 1h 16:26 – 50e Séverine Cornuet en 1h 17:40 – 61e Valérie Wade en 1h 24:49 – 62e Didier Rivière en 1h 24:49.

L’Equinoxe (22 km) : 43e Stéphane Bellanca en 1h 48:25 – 164e Frédéric Didier en 2h 27:43.

La Printanière (12 km) : Céline Machado en 1h 04:23 (2e V1F).

La Découverte (8 km) : 24e Christian Devos en 48:18.

 

ELLES ONT FORGE LEURS RESULTATS

« C’était un joli parcours avec de bonnes côtes », c’est ainsi qu’Isabelle, qui était accompagnée de son mari Didier, a commenté la randonnée inscrite dans le programme du Trail des Forgerons à Saint-Juéry, près d’Albi. Si la DDX n’a pas été chronométrée, les autres Dingos n’ont peut-être pas eu le temps d’apprécier le paysage proche de la vallée du Tarn.

Forgerons groupe 1

Un groupe de DDX réunis sous le soleil avec leurs supporteurs (reportage photo Michel B.)

Pour cette épreuve, qui a réuni un groupe de six femmes de notre association, il était proposé un 30 km, une marche nordique ainsi qu’une « Course nature » de 14,5 km et « La Forgeronnette », une course de 8 km uniquement ouverte à la gent féminine.

Forgerons sandra nathalie

Sandra et Nathalie réunies avant l'arrivée

Forgerons eliane myriam

Décidément inséparables Eliane et Myriam

Avec des dénivelés positifs allant de 430 m à 145 m, entre 90 à 80% de chemins devaient être parcourus. De quoi en faire une sortie bucolique.

"Pour ma part, c'était une remise en selle avec une motivation toute particulière car allaitant Célestine, mon temps de course devait être restreint !

Marie-Ange, Sandrine et moi-même sommes parties ensemble avec pour consigne de ne pas s'attendre. Dès la première grosse montée, nos capacités ont fait la différence", a commenté Sandra, dont c'était la reprise en course après la naissance de son bout de chou âgée de quatre mois.

Img 2111

Vite, vite, la tétée ! (photo PIerre P.)

"La fin du parcours était un tronc commun avec les trois courses, environ 2,5 km avant l'arrivée, Nathalie m'a rattrapée et a été mon lièvre jusqu'au bout ! Quel bonheur d'avoir sa copine pour se rebooster et terminer avec le sourire", a conclu la DDX accompagnée sur place par son mari, Pierre P.

Forgerons m ange

On prend le temps pour une photo, n'est-ce pas Marie-Ange

Forgerons sandrine

Une vraie maillot jaune cette Sandrine M. !

Forgerons isa nath

Un vrai "shake" après l'arrivée

Si Nathalie H. a été la plus rapide du 14,5 km en 1h 33, c’est Marie-Ange L. qui a devancé ses partenaires sur le 8 km en 55:34.

Les résultats :

« La course nature »: 214e Nathalie Hourtané en 1h 33 :56 – 231e Eliane Batisse en 1h 38:23 – 232e Myriam Revellat en 1h 38:23.

« La Forgeronnette » : 47e Marie-Ange Lafragette en 55:34 – 53e Sandra Pouvillon en 57:50 – 55e Sandrine Marty en 1h 01:08.

 

NEUF SUR DIX

Neuf sur dix… non ce n’est pas la note qu’ont obtenue les DDX au classement des associations les plus actives de Bruguières. Non, neuf sur dix, c’est le nombre de coureurs présents à la Boucle de Fenouillet qui proposait un parcours de 10 km – en réalité près de 11,5 km -.

Fenouillet groupe

Mais où est passé Frédéric C. ? (photos Justine R.)

Avec un départ devant le centre commercial de la ville, les participants devaient emprunter un parcours près des dépôts, le long du canal des Deux-mers puis le lac du Bocage pour un retour à travers la galerie commerciale… pour une bouffée de chaleur inhabituelle.

Fenouillet michel m ange3

Sourire de Marie-Ange après 11,5 km

Sur ce parcours relativement plat, le plus rapide a été Frédéric C., une nouvelle fois assez mécontent de son temps que beaucoup lui envieraient (51:14). Et au final, une 3e place au classement des M1H.

Derrière lui, et ce n’est pas une surprise, Céline M., qui termine dans les vingt premiers et première femme de l’épreuve. Elle s’adjuge en outre le classement des M1F. Quant à Jean-Pierre C., il complète la série des podiums avec une 3e place des M3H.

Fenouillet eliane myriam3

Pressées... d'en finir ?

Bizarrerie du classement : Eliane B. et Myriam R., qui ont terminé main dans la main, sont classées différemment et avec quatorze secondes d’écart ?!

Les résultats :

Boucle de Fenouillet :

10 km (11,5 km) : 13e Frédéric Crespel en 51:14 (3e M1H) – 16e Céline Machado en 51:37 (1re féminine et 1re M1F) – 30e Boryce Pérate en 53:15 – 38e Jean-Pierre Chataigner en 55:40 (3e M3H) – 78e Gilles Ramel en 1h 02:59 – 106e  Myriam Revellat en 1h 07:34 – 110e Eliane Batisse en 1h 07:48 – 147e Michel Batisse en 1h 14:33 – 148e Marie-Ange Lafragette en 1h 14:33.

 

BLACK MOUNTAIN IS BLACK

Toutes les compétitions sont des occasions pour les DDX de montrer leurs capacités, qu'il s'agisse de course sur route, de trail ou de marche nordique. C'est la seconde discipline que Sébastien C. a choisi récemment en prenant part à la Black Race, une épreuve de 33 km avec 2 000 m de dénivelé positif inscrite dans les cinq épreuves du Black Mountain Trail.

Black mountaine sebastien1

Sébastien C. entouré par ses potes (selfie fourni par Sébastien)

Départ à 08h00 pour cette compétition organisée à Saint-Amans Valtoret dans le Tarn, près de la Montagne noir. Pour Sébastien, arrivé cette année parmi nous, il fallait assurer un "départ prudent pour ne pas laisser trop de jus", ce qu'il a fait avec un "début de course très correct et un temps de 2h15 à mi-course" de ce trail. 

Black mountain sebastien2

Le sourire avant la grande aventure

Si "la température (était) idéale pour une course de ce type, le crachin de la Montagne noire n'aura pas mis longtemps à nous retrouver dans les pentes ardues de la forêt (entre 20 et 35% en moyenne)", a poursuivi le grand barbu, qui n'oubliera pas son arrivée au Pic de Nore. La température y était "glaciale avec un vent très fort et très froid accompagné d'un brouillard givrant très dense (au km 25)".

"Après un excellent ravito il (était) temps de s'engager sur les 8 kms de descente nous ramenant au drapeau à damiers", a-t-il écrit. Résultat pour Sébastien "une course bouclée en 4h58" avec une 282e place sur quelques 820 arrivants. Et d'insister sur "l'excellente organisation, le parcours au top". "Il ne manquait qu'un temps dégagé pour profiter de la vue", a conclu Sébastien, qui recommande aux Dingos de prendre part à l'une des compétitions proposées.

 

 

LES BELLES DE MARCHE

Les adeptes de la marche nordique représentent désormais un tiers des DDX mais parfois certains coureurs s'adonnent à cette activité sportive pour changer ou pour se refaire une santé... auprès de Dingos plus aguerris.

C'est le cas de Nathalie H., qui s'est inscrite récemment auprès d'une dizaine d'autres membres de notre association pour participer... et remporter le classement féminin de la Belle de Mars, une épreuve de 15 km près de Bellegarde, dans le Tarn.

Nathalie podium

Nathalie H. sur la plus haute marche (photo fournie par Nathalie)

"J'ai montré à nos amis les marcheurs comment il fallait faire", a-t-elle écrit suivi d'un smiley représentant un large éclat de rire. Pour elle, cette compétition a offert un "beau panorama durant 15 km dans la campagne autour du village de Bellegarde". Surprise par un départ endiablé où les bâtons s’entrechoquaient, Nathalie H. s'est même payé une "belle gamelle" en se prenant les pieds... non pas dans le tapis mais dans les bâtons. Preuve d'une technique un brin sommaire. "Je me suis laissée prendre au jeu en essayant de maintenir un bon rythme tout en marchant, ce qui n'est pas simple car on est tenté de courir surtout en descente".

"Belle expérience fort sympathique avec ce groupe de DDX mordus de marche avec qui nous avons clôturé la matinée par un repas. Une activité qui réveille de nouveaux muscles. Aïe! Aïe les fessiers et les dorsaux !!!", a-t-elle noté en se promettant de remettre ça une prochaine fois.

Img 1123

La tradition des marcheurs est respectée (selfie Philippe H.)

Outre Nathalie H., les DDX ont été tout à fait à la hauteur de leur réputation. Dans le même classement Masters 2 féminin, outre Nathalie H., un autre Nathalie, A. cette fois, s'est classée 3e. Chez les Masters 1 hommes, Rui DV, Jérôme T. et Norbert B. ont terminé respectivement 3e, 4e et 5e.

Les résultats:

La Belle de Mars:

Masters 1 féminin: 5e Magalie Noël en 2h 18:06.

Masters 2 féminin: 1re Nathalie Hourtané en 1h 58:59 - 3e Nathalie Augade en 2h 07:59.

Masters 1 masculin: 3e Rui Das Vinhas en 1h 49:52 - 4e Jérôme Thomas en 1h 56:09 - 5e Norbert Baloche en 1h 56:25.

Masters 2 masculin: 8e Thierry Guillot en 1h 51:42 - 17e Philippe Hourtané en 2h 05:16 - 19e Patrice Lloret en 2h 11:00.

 

 

OH J'COURS TOUT SEUL...

"Oh j'cours tout seul. Je cours et j'me sens toujours tout seul", disait une chanson de William Sheller à la fin des années 1970 – on sait, certain(e)s n’étaient pas né(e)s ! -.

Eh bien, certains DDX ont eu la même sensation en s’inscrivant sur des compétitions de course à pied ces dernières semaines.

A commencer par Pierre M., qui a représenté les DDX sur le Trail des Collines du Diable – tout un programme ! – à Cahors.

Img 2875

Belle allure après 25 km (photo fournier par Pierre M.)

« Il s’agissait de couvrir 25 km – en réalité 25,8 km ! – avec 1 200 m de dénivelé », a confié le discret Pierre, qui avait été fauché par la grippe fin janvier-début février. Sur ce beau parcours ensoleillé autour de la célèbre ville du Lot, avec «évidemment des montées et des descentes et un passage sur le fameux pont Valentré », ce DDX s’en est bien sortie avec une 177e place (sur 300) et un chrono de 3 heures 20. « Si les jambes ont bien suivi, j'ai quand même manqué de jus dans la dernière difficulté au km 23 », a-t-il admis.

A Colomiers, pour la Boucle du Bassac, Claude DS. et Jean-Luc C. se croyaient tout seuls. Mais non, chacun a fait sa course de son côté sans savoir la présence de l’autre. Ainsi, Jean-Luc a fini le 17 km en deux heures et… cinq secondes pour une 245e place, quant à Claude, il s’est classé 132e en 56:25 sur le 9 km. Pour le néo-DDX, les cinq premiers kilomètres étaient relativement plats, mais les côtes suivantes ont été particulièrement intenses.

Claude

Claude DS retrouve son souffle (photos Runningmag)

Pour la troisième course, ils savaient qu’ils n’étaient pas seuls. Depuis plusieurs mois, Céline M. et Olivier D., inscrits sur le challenge Lévy, se suivent et ne se quittent plus. Ainsi, ils étaient à Montréjeau pour participer à la Flamme occitane, une compétition de 15 km.

Celine 1

Elle ne touche même pas le sol, Céline !

Dsc 7618

Laissez passer, la fusée Olivier (à droite) arrive !

« Course très sélective avec beaucoup de dénivelé (jusqu'à 12 % ) et de chemins en sous-bois agrémentée de descentes... et surtout une super ambiance », a écrit Olivier.

A l’issue de la course, les DDX ont pu enregistrer deux nouveaux podiums avec Céline, 1re en M1F et Olivier 3e en M2M.

Les résultats :

Les Collines du diable (trail de 25 km) : 177e Pierre Marty en 3h 20:09.

La Boucle du Bassac : trail de 17 km : 245e Jean-Luc Chabosi en 2h 00:05.

9 km : 132e Claude De Sousa en 56:25.

La Flamme Occitane (15 km) : 11e Olivier Dupart en 1h 05:55 – 30e Céline Machado en 1h 14:07.

NEO-DDX...MAIS PERFORMANT !

Récemment inscrit aux Dingos de Xeraco, Norbert B., a profité d'un dimanche dans le Sud-Ouest après une semaine au ski pour participer au Calibat trail. Cela avant d’attaquer les prochaines courses du challenge Occitanie de marche nordique.

Cinquante-sept marcheurs étaient inscrits à cette épreuve qui proposait également un 10 km de course. « Le tracé était plutôt plat, alliant routes et de sentiers en terre pour cette boucle entre le village de Bordères sur l’Echez et le bois du Commandeur », a commenté Norbert.
« La météo était bonne avec un soleil généreux au-delà du raisonnable » pour un début mars ».

P1090754 768x1024

Prendre le temps d'apprécier le paysage (photo Norbert)

Après avoir voulu suivre un couple d’adeptes de la marche athlétique, déjà multiples champions de France, en autres, le DDX s’est laissé distancer tout en prenant soin de se ravitailler. « J’ai fait quasiment toute la course avec une autre dame marcheuse avant de se faire doubler au deux-tiers de la course ». Sa compagne de course le doublera à un peu plus d'un km avant l'arrivée mais en « allongeant mes foulées et accélérant la cadence, je suis arrivé à repasser devant, juste avant le finish ».

Norbert

Norbert en action (photos fournies par le marcheur)

Norbert B. finit donc 4e de l’épreuve, 3e au classement masculin et premier marcheur nordique « Nul doute que nos marcheurs et marcheuses (des DDX) auraient pu largement faire mieux et truster les premières places aussi ! »

Norbert podium

Et un podium, un !

Après l’arrivée, le DDX a eu droit à une collation sucrée et salée plutôt généreuse, malgré une inscription modique, dont un euro sera reversé à la Ligue contre le cancer.

Le résultat:

Calibat trail: 4e Norbert Baloche en 1h 08:53 (8,30 km/h).

ON COURT, ON COURT TOUJOURS

S’ils (elles) ne prennent pas part aux récupérations, aux séances d’entraînement ni aux sorties du dimanche matin, les DDX sont certainement au départ de courses sur route ou de trails organisés dans la région voire plus loin encore.

C’est ainsi qu’ils étaient une quinzaine au départ et à l’arrivée des compétitions proposées dans le cadre du semi de Blagnac.

Honneur au plus courageux, Florent L., qui a pris part au semi-marathon, le premier de sa jeune carrière.  « C’était dur, très dur. Au 18e km, j’ai vu ce qu’on appelle +le mur+. Mais je ne voulais pas lâcher… pas si près du but ». Alors, l’un des benjamins de notre association s’est accroché. « J’ai fini avec des crampes aux deux jambes ».

Img 502

Arrivée de Florent (photos Maud Pagèze-Runningtrail)

« Que d’émotions ! », a-t-il reconnu en se disant « fier d’avoir fini au mental » et d’être passé sous un quinquagénaire… le Concorde exposé au sein d’Aeroscopia. Mais Florent n'était pas le seul à choisir la plus longue des distances: Erwan C., en moins d'une heure cinquante, et Frédéric D. ont terminé cette épreuve.

Img 9583

Erwan à l'arrivée

Img 0247

Le grand Frédéric en termine

Le plus gros contingent des DDX avait choisi le 10 km et la très grande majorité l’a terminé en moins d’une heure, soit au moins à 10 km/h. Michel B. échouant même à passer cette barre pour… une seconde ! "Un circuit à l'image de l'aéronautique sillonnant entre sociétés, logements étudiants et ce fameux passage à travers Aeroscopia. Très sympa et un beau t-shirt à la clé", s'est réjoui Nathalie.

Celine nath

Céline M. et Nathalie H. (photos Runningmag)

Sylvie fred

Sylvie R. et Frédéric C. (en bleu)

Marie ange vero

Marie-Ange L. et Véronique M.

Le plus rapide, comme il l’a été la saison passée, a été Olivier Dupart qui a parcouru la distance à la moyenne de 15 km/h… Excusez du peu !!! La première féminine était pour sa part Céline M., qui si elle court sous les couleurs du Stade toulousain, n’en n’oublie pas pour autant de s’inscrire avec la mention DDX.

Img 4001

Haie d'honneur pour Olivier D. (photo Runningmag)

D’autres Dingos, plus discrets, s’étaient déplacés au semi-marathon de Barcelone. Nous les avons débusqués dans le classement final au sein de plusieurs milliers de participants.

En deux heures… et quatre secondes, Antoine T. a devancé ses équipières, Seav et Françoise R., cette dernière avait réussi à terminer le marathon de Toulouse en octobre dernier.

Et puis, des DDX profitent des dimanches pour faire des sorties à rythme plus « cool » pour profiter des chemins ou des routes de la région. N’est-ce pas Karine ?

20190303 sortie karine

Claude, Natacha, Guy et Karine en toute décontraction (selfie de Karine)

Les résultats :

Semi-marathon de Barcelone : 11402e Antoine Totaro en 2h 00:04 – 13919e Seav Lao en 2h 12:40 – 15747e Françoise Roca en 2h 29:50.

Semi-marathon de Blagnac : 459e Erwan Cornec en 1h 48:29 - 775e Frédéric Didier en 2h 07:23 - 889e Florent Lopez en 2h 27:48.

10 km de Blagnac : 117e Olivier Dupart en 39:28 – 262e Céline Machado en 44:09 – 338e Frédéric Crespel en 45:33 – 446e Jean-Pierre Chataigner en 48:27 – 602e Sylvie Rousse en 50:38 - 861e Nathalie Hourtané en 55:45 – 946e Myriam Revellat en 57:21 – 947e Eliane Batisse en 57:21 – 1051e Véronique Monblanc en 59:50 – 1054e Michel Batisse en 1h 00:01 – 1185e Marie-Ange Lafragette en 1h 03:59.

Formés pour rester en forme

Début février avait lieu une formation marche nordique avec Sylvain Logaert, organisateur du Challenge Occitanie Marche Nordique et coach marche nordique à Verfeil.

Cette formation se déroulait en 2 temps. Le matin, nous avons testé l'efficacité de notre marche nordique par l'analyse de notre morphologie, nos qualités physiques, notre mobilité, notre coordination. Pour cela, il y a des mesures physiques puis des prises de vidéos sur le terrain. L'analyse de ces vidéos va permettre à chacun de progresser dans sa marche nordique, c'est-à-dire se faire plaisir en appliquant un meilleur geste pour évoluer sans se blesser.

20190203 formation1

Comme ils sont studieux ces marcheurs ! (photos fournies par Odile R.

L'après-midi, nous avons pratiqué sur le terrain un certain nombre d'exercices pour nous permettre d'améliorer notre marche. Bref, une journée bien remplie, très intéressante et enrichissante qui a bien plu à l'ensemble des participants.

20190203 exercices

Après la théorie, la pratique

Bien qu'il ait fait un temps glacial et venteux, nous avons beaucoup appris de cette journée. Une seconde session identique à celle-ci est ouverte le 30 mars afin de permettre à ceux (celles) qui n'étaient pas disponibles de bénéficier de ces analyses et enseignements.

20190203 repas

Et toujours cette convivialité chère aux marcheurs

Les dates des futures formations :

le 9 mars : "renforcement musculaire en marche nordique"

le 30 mars : matin : "testez l'efficacité de votre marche nordique" suivi de "exercices techniques pour progresser en marche nordique" l'après-midi. Repas sur place sous forme d'auberge espagnole.

le 6 avril : "renforcement musculaire du marcheur nordique pour une meilleure propulsion horizontale".

Mouillés, crottés mais heureux

Pour le Trail de l’aqueduc, les organisateurs avaient annoncé le programme : « Il y a de fortes chances que vous fouliez ce chemin (choix multiple possible), soit recouvert de givre, soit à l’agonie ou encore en cuissardes, sinon en  sifflotant, là vous êtes grave en forme ».

Finalement, ce ne fut « aucun de ces quatre choix. Sur ce parcours autour de Cours, entre Cahors et Marcilhac-sur-Célé, « nous avons patiné sur ce chemin et fini mouillés et crottés », a écrit Odile R., à laquelle nous devons ce charmant résumé ci-dessous.

20190127 100909

Un groupe bien soudé (photos transmises par Odile R.)

« Le paysage était pourtant magnifique, le terrain fabuleux, qui ne cesse de monter et descendre, en tournant et virevoltant même, au gré des différents chemins, toujours entre portions caillouteuses et boueuses, passages magiques dans la forêt aux arbres recouverts de mousse. Pour ce cru 2019, il fallait bien s'accrocher car les éléments n'étaient pas vraiment bienveillants. Ce fut encore pire que l'an passé. Pas de brouillard cette fois, mais de la pluie, avec de grosses averses suivies d'accalmies et surtout, un vent glacial !

Cela n'a pas empêché les DDX d'affronter vaillamment les éléments et de décrocher de très belles places. Un grand mérite aux marcheurs nordiques qui ont foulé un terrain labouré par plus de 600 traileurs avant eux !!! Chacun se souviendra des descentes dans la gadoue où des figures acrobatiques aux styles parfois discutables ont été inventées afin de ne pas finir sur le postérieur. Chacun se souviendra aussi de la dernière côte où nous avons tenté de ne pas faire du sur place pour la gravir.

20190127 130230

Petit sourire en coin pour Joël sur le podium (à droite)

Malgré les mauvaises conditions rendant le terrain beaucoup plus difficile et périlleux, certain(e)s ont bien amélioré leur performance par rapport à l'an passé. C'est très encourageant pour le groupe.

Notons la participation de Raymond B. pour qui c'était la première compétition de marche nordique. Pour son baptême, il a connu les pires conditions mais a fini avec le sourire en réalisant une très belle performance : 1er de sa catégorie Master 3, loin devant les cinq autres. Bravo Raymond ! Ou encore la belle performance de Norbert Bal., qui a fait une belle course malgré une chute qui l'a freiné net et handicapé pour finir le  parcours.

20190127 131506

Ils ne pensent qu'à manger ces marcheurs !

Enfin félicitations à Joël L. qui termine 3e en explosant sa performance de l'an passé et décroche un (nouveau) podium ».

Les résultats :

Classement féminin (20 concurrentes et 4 DDX dans les 10 premières) :

Master 1 : 4e Magalie Noël (5,86 km/h)

Master 2 : 2e Odile Roland (6.33 km/h), 3e Dominique Bellerose (5,96 km/h), 5e Nathalie Augade (5,94 km/h)

Classement masculin : (25 marcheurs et 3 DDX dans les 12 premiers) :

Master 1 : 2e Joël Lauzu (7,50 km/h), 3e Rui Das Vinhas (7,33 km/h), 6e Jérôme Thomas (6,77 km/h), 8e Norbert Baloche (6,40 km/h)

Master 2 : 11e Patrice Lloret (5.93 km/h)

Master 3 : 1er Raymond Bousquet (5,91 km/h)

ILS ONT EU DE L'AUD... ACE

Ils étaient une bonne vingtaine de DDX à être inscrits au Phoebus Trail (devenu Poli Trail) de Gruissan, petit port de l’Aude.

Gruissan le groupe1

On pose pour la postérité (photo fournie par Sandra P.)

Gruissan le groupe

Et encore... (photo fournie par Michel B.)

Mais ce n’est pas la mer qu’ils (elles) ont pu admirer au cours des différentes compétitions proposées. Si, il y a erreur : « Quel plaisir de monter le massif de la Cap avec vue panoramique sur la Méditerranée », s’est enthousiasmé Damien VD, présent à l’arrivée du 18 km comme ses compères Jean-Luc, Eliane et Myriam. Un « Trailhounet » - c’est le nom que les organisateurs avaient donné à ce trail « super caillouteux » - que Damien a parcouru en un peu moins de deux heures et dix minutes.

Gruissan damien

Damien et les couleurs des Dingos (photos Michel B.)

Gruissan nathalie fred

Là, ils étaient encore souriants, Nath' et Fred' (photo Philippe H.)

Un Dingo, toujours aussi discret, a réalisé une sacrée performance sur le 50 km – plus long qu’un marathon… et puis c’est un trail ! -. Il a parcouru la distance très vallonnée en cinq heures et demie environ.

Gruissan jean luc

Une course d'équipe pour Jean-Luc (photos Michel B.)

D’autres coureurs avaient choisi de prendre part à des épreuves plus courtes au programme de ce week-end sportif, festif puis gastronomique.

Nathalie H. et Frédéric étaient au départ (et à l’arrivée) de l’épreuve de 25 km intitulée « Las Caladas » - on laisse aux hispanophones le soin de traduire -. « L’an dernier, j’avais participé à une course plus courte, mais celle-là était un vrai plaisir », a confié la première nommée.

Gruissan eliane fred myriam

Belle escorte pour Frédéric...

Gruissan sandrine myriam

... et pour Sandrine

Gruissan nathalie eliane

L'arrivée est en vue Nathalie

Deux couples, Chantal et Jean-François B. ainsi que Nadine et Didier B., avaient choisi une distance intermédiaire de 12 km, « La Ronde des Chevriers » au cours de laquelle ils ont apprécié le décor même si toutes épreuves demandaient un maximum de concentration sur les chemins étroits et « pavés » de cailloux.

Enfin concernant les coureurs, Sandrine M., toujours adepte des sorties d’une dizaine de km, avait porté son dévolu sur le 8 km qu’elle a terminé dans les cent premiers.

20190217 gruissan bouhyer boche

Les quatre B. réunis (Didier et Nadine, Chantal et Jean-François)  - photo fournie par Jean-François

Mais d’autres Dingos avaient choisi de prendre part à la randonnée tout autour de Gruissan et près de Narbonne pour apprécier le paysage et la nature encore préservée dans cette partie de l’Aude; N’est-ce pas Isabelle F-O, Valérie VD, Sandra, Pierre et Célestine P. ?

Gruissan pierre celestine

Il n'est pas peu fier, le Pierre, avec sa petite Célestine ! (photo Sandra P.)

«Je conseille vraiment à la plupart des DDX de s’inscrire à cette course l’an prochain », a souligné Nathalie H., en insistant sur le beau temps et l’absence de vent tout au long de ce week-end. 

Merci également aux photographes comme Philippe H. et Michel B. venus immortaliser ces instants.

Les résultats :

Gruissan Poli Trail (50 km) – 120e Fabien Pons en 5h 32:56.

Las Caladas (25 km) : 409e Nathalie Hourtané en 3h 05:41 – 483e Frédéric Didier en 3h 20:31.

Le Trailhounet (18 km) : 289e Damien Van Damme en 2h 09:11 – 369e Jean-Luc Mancho en 2h 16:55 – 567e Myriam Revellat en 2h 44:43 – 568e Eliane Batisse en 2h 44:43.

La Ronde des chevriers (12 km) : 234e jean-François Boche en 1h 26:08 – 444e Didier Bouhyer en 1h 49:58 – 445e Bouhyer en 1h 49:58 – 446e Chantal Boche en 1h 49:58.

La Grussanote (8 km) : 88e Sandrine Marty en 1h 13:27.

UN DECA UN PEU CORSE

Même si l’épreuve est un peu plus lointaine de nos terres bruguiéroises, deux DDX se sont présentés sur la ligne de départ du Déca d’Escalquens. Un Déca, quoiqu’un peu corsé, qui leur a réussi avec d’excellentes performances de Céline M., sociétaire du Stade toulousain mais toujours adhérente des DDX auxquels elle reste atachée, et de Jean-Pierre C., le néo-retraité qui continue à s’inscrire sur ces distances proches de 10 km.

Img 9684

Céline dans l'une des difficultés du parcours (photos Runningmag)

Img 9731

Pouces levés pour Jean-Pierre

Céline a terminé dans les cent premiers de l’épreuve (et troisième du classement V1F) en un peu plus de trois-quarts d’heure. Le « jeune retraité » a lui fini juste après les 150 premiers en moins de cinquante minutes. Belle moyenne horaire pour les deux Dingos.

 

Les résultats :

95e Céline Machado en 46:07 (3e V1F) – 159e Jean-Pierre Chataigner en 49:31.

DEUX EQUIPES, DEUX PODIUMS

Un slogan de supporteurs de football disait il y a quelques années : « On vient, on gagne et on s’en va ! ». Qu'il s'agisse de la marche nordique ou de la course à pied, cette phrase va bien aux DDX en ce début d'année.

2019 relais hers 4

"Shake" entre Alexandrine (gauche) et Nathalie (photos Runningmag)

2019 relais hers 3

Belle connexion entre Olivier (gauche) et Stéphane

C’est un peu ce qui est arrivé dimanche dernier avec les Relais de l’Hers, entre Fonbeauzard et Saint-Alban. En effet, deux équipes de DDX coureurs étaient présentes à cette épreuve qui propose trois relais de 5 km et un parcours commun aux relayeurs de 1,6 km. Et ces deux trios sont montés sur le podium.

Ess15498092978301

Et un podium, un ! (photos fournies par Sylvie et Nathalie)

Ess15498094288191

Et un autre !

Honneur aux dames avec le trio des DDX Women, composé d'Alexandrine P., Nathalie H. et Sylvie R. Celles-ci ont terminé à la première place du relais VF1 avec un excellent temps d’une heure cinq. Au classement scratch, elles ont figuré en 40e place.

20190210 110005

De drôles de dames !

2019 relais hers 8

Non ce n'est pas un sirtaki, c'est une arrivée groupée (photo Runningmag)

Quant au relais masculin, les DDX-VCB (en référence au Vélo Club de Bruguières), il a fini à la 3e place du classement scratch et s’est emparé de la 2e place des SEH. Il était composé, excusez du peu !, de Stéphane B., notre coach, de son frère Jérôme, membre d’honneur des DDX et surtout multiple champion de France du 100 km, et d’Olivier M., l’une des flèches de notre association.

Beaucoup de satisfaction pour ces deux équipes de coureurs, même si « on n’a pas eu droit au bouquet des vainqueurs », a confié Nathalie un peu déçue; celui-ci ayant été remis précédemment à Miss Occitanie, présent lors de la remise des trophées.

Les résultats :

3e DDX-VBC (Stéphane Bellanca 20:49, Olivier Miché 18:38, Jérôme Bellanca 18:29) en 1h 05:31 (2e SEH) – 40e DDX Women (Alexandrine Pons 25:21, Nathalie Hourtané 25:12, Sylvie Rousse 26:06) en 1h 27:31 (1re VF1).

 

LE G6 NE SE PERD PAS EN FORET

Alors qu’ils étaient sept inscrits au fameux Forest Trail, une épreuve qui traverse plusieurs bourgades de l’ouest toulousain et la forêt de Bouconne, seuls six ont pu être présents au départ (et à l’arrivée). Une compétition nocturne très sélective qui rassemble près de deux mille participants en quatre trails et les DDX ont été à la hauteur avec un quatuor en un peu plus de deux heures sur le 18 km.

Img 911

Des lumières, Sébastien, Jean-Pierre, Frédéric, Fabrice et Damien ! (photo fournie par Sébastien)

Plutôt de grands discours, il faut laisser la parole à Sébastien P. qui a rédigé un court résumé sur le 18 km au départ duquel étaient cinq des Dingos.

"Voilà la bande de joyeux lurons, en dehors du forfait de Pierre M. et Jean-Luc C., qui a cédé son dossard à Frédéric D., en route vers la commune de Lévignac, lieu du départ. Celui-ci est donné à 19h30 avec un petit 5 degrés et voilà que Jean-Pierre C., en forme olympique, nous lâche sur la première difficulté. De la boue et de superbes glissades de Damien VD, qui a, après délibération de tous, obtenu la note artistique de 9 sur 10. Puis, Fabrice augmenta le rythme et, accompagné de Damien, ils partent à la poursuite de Jean-Pierre. A l’arrivée, Damien en très grande forme, grille la politesse à tout le monde pour établir le meilleur temps des Dingos".

Enfin, pour réconforter les corps transis de froid, chacun a pu déguster un bon sandwich avec saucisse locale.

A noter que Philippe C., qui s’était inscrit sur le 12 km, a réalisé une excellente performance en terminant 35e en 1h 12:30.

Les résultats :

12 km : 35e Philippe Cindric en 1h 12:30.

18 km (552 arrivants) : 180e Damien Van Damme en 2h 02:58 – 198e Fabrice Laporte en 2h 04:24 – 206e Sébastien Pelizzari en 2h 04:48 – 209e Jean-Pierre Chataigner en 2h 05:02 – 302e Frédéric Didier (qui a emprunté le maillot de Jean-Luc Chabosi) en 2h 15:49.

ETOILE DES NEIGES, MON COEUR...

Ils n’avaient pas froid aux yeux les quelques DDX qui se sont inscrits au départ des épreuves de la Romeufontaine ce dernier week-end à Font-Romeu.

Pour ce trail « vraiment à part » situé au-dessus de 1 750 m d’altitude et sur « des sentiers enneigés au minimum à 80% », ils étaient une poignée de DDX inscrits mais certains ont dû renoncer au tout dernier moment.

Cependant les trois courageux de notre association ont été à la hauteur de leur réputation.

Maxime P., la « nouvelle flèche » des DDX, avait tenté l’expérience du 36 km, non sans avoir quelques appréhensions (« si une tempête de neige se lève, cela risque d’être plus délicat », avait-il confié dans la semaine précédant l’épreuve.

Img 20190120 114122

Sébastien en bonne compagnie avant le départ vers la neige (photos fournies par Sébastien)

Et bien lui en a pris, car il a terminé 25e (des 119 arrivants) de ce trail long en un temps à peine supérieur à 4 heures et demie.

Romeufontaine sebastien

Bien en vue le buff DDX, Sébastien

Sur les plus courtes distances, le 12 km par exemple, Sébastien C. a été le plus rapide en moins d’une heure et demie avec une place dans les 100 premiers. Pour ce néo-DDX, plus habitué à courir le 25 km, l'idée a été de partir assez loin, ce qui lui a permis d'avoir le plaisir de doubler beaucoup de monde. Cependant, "c'est la première année que j'ai subi autant l'altitude". En conclusion, "c'était assez sympa avec d'assez bonnes sensations", a-t-il reconnu.

Quant à Bruno F., il a fini largement sous la barre des deux heures, terminant dans le deuxième tiers des arrivants (437).

Img 20190119 155654

Pourtant que la montagne est belle...

Y avait-il du vin chaud à l’arrivée pour réchauffer les corps ?

Les résultats :

36 km : 25e  Maxime Pascal en 4h 34:33.

12 km : 85e Sébastien Calastrenc en 1h 26:59  - 303e Bruno Fiévez en 1h 52:43.

PLUIE DE PODIUMS POUR LES MARCHEURS

Les foulées du Malbec, une épreuve organisée à  Saint-Vincent-Rive d’Olt (Lot)  s’ouvraient pour la première fois à la marche nordique… et pour une première, ce fut une véritable réussite pour les marcheurs nordiques de notre association.

20190113 foulees malbec 1

Ils ont fière allure, nos marcheurs ! (photos fournies par Patrice Ll.)

Nos vaillants DDX se sont en effet illustrés d’abord par leur présence, dix concurrents (4 femmes, 6 hommes) sur le 12 km (denivelé 250 m), mais surtout en remportant  cinq des six podiums de cette discipline.

20190113 foulees malbec 4

Heureusement elles n'ont pas fait de tonneaux

Encore quelques trophées à poser sur l’étagère !!

Au classement féminin de cette épreuve matinale où la pluie a alterné avec des moments plus secs, Odile R. (1re), Dominique B. (2e) et Nathalie A. (3e) ont trusté le podium !

20190113 foulees malbec 5

In vino veritas 

Chez les hommes, seule la première place a échappé à ces Dingos marcheurs mais Joël L. (2e), Rui DV (3e) et Thierry G. (4e) étaient aux avant-postes. Les autres marcheurs ont terminé entre les 6e et 10e places.

Pour conclure cette sympathique et amicale compétition, qui a regroupé 24 concurrents, un repas a été servi au foyer rural de Saint-Vincent dans une chaude ambiance. De quoi réchauffer les corps et les esprits !

20190113 foulees malbec 2 1

Réunis sur les podiums et à table

Rendez-vous est donné par les marcheurs nordiques, et Patrice Ll, l’auteur de cet article, au Trail de l’Aqueduc, course inscrite au challenge Occitanie. Il reste une place à prendre, paraît-il.

Les résultats :

Classement féminin : 1re Odile Roland - 2e Dominique Bellerose - 3e Nathalie Augade – 6e Magalie Noël.

Classement masculin : 2e Joël Lauzu, 3e Rui Das Vinhas, 4e Thierry Guillot, 6e Olivier Lalue, 7e Jérôme Thomas (bravo Président !), 10e Patrice Lloret

LA NUIT DES ROIS

Il ne fallait pas craindre les côtes, les montées d’escalier ni la boue pour prendre part au Trail nocturne des rois, l’autre soir du côté de Villemur-sur-Tarn. Eh bien, une dizaine de DDX, essentiellement des femmes, ont pris « le risque » de s’inscrire à cette exigeante épreuve.

Et il ne fallait pas oublier sa lampe frontale ou pectorale pour parcourir soit le 13, soit le 19 km

Rois vincent

Bien parti Vincent (photos Runningmag)

« C’est l’un des trails les plus difficiles que j’ai faits », a confié Justine, qui avait choisi de courir avec son compagnon et un ami. Et de raconter les escaliers à grimper, les côtes où la plupart des concurrents étaient contraints de marcher. « Je n’ai jamais vu, même si c’était la nuit, des côtes comme celles-là », a poursuivi Seav.

Rois celine

Elle va si vite, Céline, que le photographe a failli la rater

En tout cas, tous ces DDX ont fini ces parcours avec des classements et des temps plus qu’honorables.

Ainsi, Céline M. a fini le 13 km en moins d’une heure quinze et s’est offert un podium en V1F (3e). Quant à Isabelle O. elle termine le 19 km en moins de deux heures (5e V1F) seulement devancé parmi les DDX par Vincent D.

Les classements :

19 km (279 arrivants): 116e Vincent Desmoires en 1h 52:37 – 155e Isabelle Orssaud en 1h 57:53 – 186e Jean-Luc Mancho en 2h 03:54.

13 km (478 arrivants) : 94e Céline Machado en 1h 13:22 (3e V1F) – 208e Christine Galvez  en 1h 22:56 – 360e Justine Ramel en 1h 35:19 – 371e Eliane Batisse en 1h 36:36 – 372e Myriam Revellat en 1h 36:36 – 415e Seav Lao en 1h 40 :21.

 N 1h 22 :56

ON SE DISTINGUE AU CHALLENGE MARCHE

Mi-décembre ont été remis les prix du Challenge Occitanie marche nordique, auquel ont participé quatorze DDX (avec une course au moins).

20190114 224949

Rui en rosit de plaisir (photo fournie par Odile)

Pour être dans le classement final, il fallait avoir pris part à au moins trois courses, et pour prétendre à un podium à au moins huit sur les douze du calendrier 2018.

En dehors de l’aspect compétition, ce challenge aura permis aux marcheurs (un tiers des adhérents de l’association, ndlr) de découvrir de très beaux sites, de magnifiques parcours et de connaître des marcheurs d'autres clubs et/ou associations sans oublier d’échanger sur les techniques de marche et d'entrainement.

Ainsi, les DDX ont traversé de très beaux paysages :

- Le trail de l'Aqueduc avec un départ dans un sous-bois magique

- Le trail des Vallons de Tauriac avec ses collines à perte de vue et ses belles vues a fait oublier son rythme infernal de montées et de descentes.

 

Certaines compétions ont été l'occasion de très bons moments festifs comme par exemple :

- Le trail "Vignes et Châteaux" dans le Lot avec repas au château et fin sur la terrasse avec bandas

- Le Trail du Cassoulet dont chacun gardera un excellent souvenir : la galère totale sous la pluie, dans la gadoue avec cinq cm de terre sous les chaussures, des glissades dans les descentes qui avaient été foulées plus de 2 000 coureurs (on vous laisse imaginer l'état du terrain), un excellent cassoulet bien au chaud avec une ambiance de feu.

- Le trail des 13 villages par un modeste repas, mais dans une paysage magnifique au milieu des montagnes.

 

Au classement, seuls les résultats des huit meilleures courses ont été retenus.

Le classement masculin:

Rui Das Vinhas a fini premier de sa catégorie M1H avec une participation à dix courses. Il est suivi de très près par Joël Lauzu, 2e de la même catégorie avec 11 courses.

Chez les M2H : Patrice Conquet est 9e et Patrice Lloret 10e.

Le classement féminin :

Chez les filles : Magalie Noël finit 6e des MF, Odile Roland, 4e des M2F, Nathalie Augade 7e.

Quant à Christiane Peyrhorgue, Jean-Claude Claverie, Bruno et Patricia Delacroix, Pierre Roland, Olivier Lalue et Dominique Bellerose ont été de la partie durant la saison.

Un grand bravo à toutes et à tous.

Le calendrier du challenge 2019 vient de paraître, alors encore de belles courses et de beaux sentiers en perspective.

 

CA FONCE A LA MARCHE

L’information n’est peut-être pas la plus fraîche – malgré le temps de ce début d’année è mais elle vaut le coup d’être mise en avant !

Pour l’édition 2018 de la Launagu’étoile, ce ne sont pas moins de 20 DDX marcheurs qui ont répondu présent pour ce 10 km.

Par un temps beaucoup moins froid que l'an passé, après un échauffement en groupe, ils se sont élancés sur les routes et les chemins de Launaguet. Bien que la grande côte fût très boueuse et très glissante, ils l'ont gravie avec plus ou moins d'élégance et de glissades.

20181202 launaguet oile marche echauffement

On s'échauffe avec le plus grand sérieux (photos fournies par Odile)

Nous pouvons saluer la participation de Céline C., Claire R., Sabine S., Géraldine W. et Akram B S. pour qui c’était une grande première en compétition et de même pour Jérôme T., le coureur qui prenait part à sa première marche nordique officielle. Nous comptons bien sur eux pour de nouvelles aventures. Malgré les conditions plus difficiles, certains DDX ont amélioré leur vitesse moyenne. C'est le cas de Joël L., Patrice Ll. et Sylvie A. Un grand bravo à eux.

Petit regret : sur les 73 participants à la marche nordique, seuls les 45 premiers ont été chronométrés, ce qui fait que trois DDX n'ont pas eu droit à un classement.

20181202 launaguetoile dominique pierre

Bien groupés les DDX avec Dominique, Magalie, Sabine (juste derrière Magalie), Pierre et Patrice (maillot DDX, manches jaunes)

A noter que les marcheurs, Odile R. et Joël L. ont fait deux podiums.

Les filles sont arrivées relativement groupées. Le niveau des garçons est assez élevé, et nous retrouvons treize garçons dans les premières places de la course. Dur, dur d'être un garçon, les premiers n'amusent pas le terrain.

 

Classement filles : 3e Odile Roland, 7e Dominique Bellerose, 9e Sylvie Rousse, 10e Nathalie Augade, 12e Céline Carassus, 13e Sylvie Arjona, 14e Claire Roux, 15e, Magalie Noël, 16e Doriane M.l, 17e Sabine S. Claudine Belaud et Géraldine Walter n'ont malheureusement pas été classées.

Classement garçons : 3e Joël Lauzu, 6e Olivier Lalue, 12e Patrice Conquet, 16e Jérôme Thomas, 17e Pierre Roland, 21e Patrice Lloret, 25e Didier Rivière. Akram Ben Saïd n'a pas été classé.

 

 

 

 

 

 

 

ILS N'ONT PAS EU FROID... AUX YEUX

Il ne fallait pas être frileux pour participer au Trail des côteaux Bellevue entre Saint-Loup Cammas et Pechbonnieu. Si les températures négatives (- 3°) de cette matinée dominicale en ont dissuadé certain(e)s, une quinzaine de Dingos – c’est le cas de le dire – étaient présents pour participer soit au 13 km (qui n’en faisait que 12,5), soit au 21.

Bonnet sur la tête, gants fourrés et tenue longue, ces DDX ont arpenté chemins, sentiers dans les bois dont le sol était durci par le gel. Même après quelques kilomètres, le froid n’avait pas baissé et le soleil, qui avait décidé de rester couché, n’a pas réchauffé l’atmosphère.

Img 0864

La bande des six du 21 km (avec un copain au centre) - photo fournie par Sébastien -

Une de ces DDX, Sandra D., inscrite sur le 13 km (200 m de dénivelé positif) raconte : « Il faisait bien bien froid. De plus, mon estomac n’étant pas en place  je me suis résolue à partir à jeûn. J’avais bien peur du coup de barre ». Partie avec Jean-Luc M. Fabrice L. et Isabelle O., Sandra a laissé partir cette dernière dès les premiers hectomètres. « Fabrice nous a accompagnés sur un ou deux km puis il a filé lui aussi. C’était un super parcours ; j’ai découvert cette course que je n’avais jamais eu l’occasion de faire. Certes, le sol gelé a occasionné de belles glissades mais pas de casse ».

2019 coteaux sandra jean luc fabrice

Sandra, Jean-Luc et Fabrice à la queue-leu-leu (photos Runningmag)

2019 coteaux marty

On ne lâche rien, Pierre (dossard 299)

2019 coteaux orssaud

Isabelle est cachée derrière elles, mais la course n'est pas finie

2019 coteaux chataigner

Il a fière allure Jean-Pierre !

En chemin, ils ont croisé sur la côte des pintades, notre DDX belge, Alain VL., qui avait eu la chance de s’inscrire sur le 21 km (400 m de dénivelé positif) en tout dernier lieu, ce que d’autres Dingos n’avaient pas réussi à faire. « Bref une bonne matinée avec beaucoup de monde et une bonne ambiance ! » a ajouté Sandra en faisant remarquer que « les fêtes (avaient) fait mal aux organismes » en « dénonçant) son petit camarade Jean-Luc, qui avait mangé du foie gras la veille au soir et qu’une galette des rois attendait pour le repas du dimanche midi. Chez Sandra pour l’Epiphanie à midi « c’était raclette », qui a eu du mal à passer avec un « estomac à l’envers » ! Et la DDX d’annoncer ses résolutions pour 2019 : continuer à s’amuser avec les  DDX et profiter de la vie un max’ !!!

A noter que sur cette distance, c'est Céline M. qui a réussi la meilleure performance DDX avec une 125e place en une heure et cinq minutes. Pas mal pour une jeune femme plus habituée à la course sur route !

2019 coteaux machado

Elle a l'air de peiner, Céline (en rouge) mais ce n'est qu'une impression

Autre commentaire sur ce trail qui a plu malgré le temps froid, celui de Sébastien P. pour qui il faisait « froid, froid, froid mais l’esprit d’équipe réchauffe l’ambiance heureusement ». Il est vrai qu’il faisait partie d’un groupe de six présents sur le 21 km, une distance sur laquelle Maxime P. a tiré son épingle du jeu en terminant 23e en moins d’une heure quarante-cinq devant Fabien P. qui s'est classé 36e.

Coteaux groupe2

Heureux d'en avoir terminé (selfie de Sandra D.)

Les résultats :

Trail des Coteaux :

21 km :  23e Maxime Pascal en 1h 42:26 – 36e Fabien Pons en 1h 47:28 - 171e Vincent Desmoires en 2h 08:47 - 253e Pierre Marty en 2h 18:29 – 285e Alain Van Lommel en 2h 22:08 – 340e Sébastien Pelizzari en 2h 28:57 – 361e Jean-Luc Chabosi en 2h 35:51 – 373e Eric Pitton en 2h 40:08

13 km : 125e Céline Machado en 1h 05:14 - 197e Jean-Pierre Chataigner en 1h 10:43 – 200e Isabelle Orssaud en 1h 10:50 – 215e Fabrice Laporte en 1h 11:33 – 261e Sandra Diulius en 1h 13:56 – 262e Jean-Luc Mancho en 1h 13:53.

 

BALLADE DES PERES NOEL

On ne sait pas si le Père Noël était débordée en cette période de fêtes ou si les livraisons qu’il effectue avec ses rênes ont été perturbées par les gilets jaunes, en tout cas on a pu voir quelques-un(e)s de ses petites mains dans les rues de Bruguières.

20181216 peres noel2

Pères et mères Noël réunis (photo Gilles R.)

Une quinzaine d’entre elles, dont certaines revêtues du bonnet rouge et blanc, mais d’autres encore mieux habillées, ont arpenté en petites foulées les rues de Bruguières, Saint-Alban, Castelginest et Gratentour.

20181216 peres noel super u 1

Un passage dans  la galerie de Super U très remarquée (photos Jean-Pierre R.)

20181216 peres noel super u 2

Sur leur chemin, les automobilistes leur apportaient des encouragements en klaxonnant ou même en les saluant amicalement.

20181216 peres noel super u 3

Le passage de ces pères et mères Noël de proximité a été très remarqué dans la galerie de Super U ou sur le marché de Bruguières, où ils ont entonné le « Petit papa Noël » cher à Tino Rossi.

20181216 peres noel super u 4

Une mère Noël de choc !

A noter que l’un d’entre eux avait oublié sa tenue rouge et blanc et avait cru partir aux Bahamas avec un maillot de bain et des lunettes de natation. Décidément, le père Noël ne peut pas compter sur tout son monde.

20181216 peres noel j pierre

En tout cas, « joyeuses fêtes à tous » mais attention aux excès, 2019 vous attend en pleine forme pour continuer à courir ou pratiquer la marche nordique.  

FLORENT LE MARCHEUR NOUS A QUITTES

Un petit mot bien triste pour vous annoncer que les DDX ont perdu un des leurs, Florent Baréa, un des marcheurs de l'association. Voici le petit mot qu'Odile et Pierre Roland, animateurs de la marche nordique, nous ont adressé:

Barea florenso

"Son enthousiasme, sa force et sa joie de vivre n'ont  pas suffi pour vaincre la maladie. Dès son arrivée dans le groupe il nous a marqués par son charisme, son envie de toujours vouloir progresser et sa bonne humeur. Il était toujours souriant et bienveillant envers ce groupe qu'il aimait profondément".

"Nous avons souhaité vous montrer une magnifique photo de Florent, au centre, T-shirt bleu et bandana DDX autour du cou, entouré de sa femme Gina (en rouge) et de tous ses amis marcheurs. Pour beaucoup d'entre nous c'est cette image de lui que nous garderons dans nos cœurs".

Img 11 03 2018 1

"Florent tu nous manques déjà beaucoup. Gina nous t’embrassons chaleureusement".

UN PEU PLUS PRES DES ETOILES

« Un peu plus près des étoiles » chantait le groupe Gold dans les années 1980, eh bien les DDX les ont même touchées à l’occasion de la Launaguet’oile auquel ont pris part près d’une quarantaine des membres de notre association.

2018 launaguetoile le groupe

Un groupe bien fourni (photos Michel Batisse)

Qu’ils soient coureurs ou marcheurs, cinq d’entre eux ont même réussi à monter sur le podium et ont affiché fièrement les couleurs des Dingos.

Launaguetoile podium olivier

Olivier M. sur la plus haute marche

Launaguetoile podium jerome g

Jérôme G. aussi

Launaguetoile podium eliane

Et les femmes ne sont pas en reste, n'est-ce pas Eliane ?

Launaguetoile podium odile

Et Odile ?

Pour cette compétition qui proposait un 5 km, un 10 km pour les coureurs, les marcheurs nordiques pouvaient démontrer leurs qualités techniques sur un parcours de 10 km alliant route, chemin et un « joli » passage dans la boue, conséquence des pluies de la nuit précédente, notamment. Cette partie du tracé a permis à certain(e)s de réaliser de jolies figures qui auraient ravi les juges du patinage artistique.

 Côté résultats, Olivier M. et Jérôme G. ont fini au pied du podium du classement scratch sur 5 km mais se sont classés respectivement 3e Senior hommes et 1er Master 1 hommes.

Sur le 10 km de course à pied, si Boryce P. a été le plus rapide et s’est inscrit dans les 100 premiers (95e) et la première féminine a été Alexandrine P. (275e). Et c'est une autre femme, Eliane B., qui a grimpé sur la 3e marche du podium dans sa catégorie (2e M3F).

En marche nordique, épreuve pour laquelle seuls les 25 premiers ont figuré dans le classement officiel, les DDX ont réussi un tir groupé au scratch avec trois coureurs (Joël L., Olivier L. et Thierry G.) dans le Top 10. Quant à Odile R., elle s’est retrouvée sur le podium (3e M2e du classement féminin).

Des félicitations à tous les DDX présents au départ et à l’arrivée. Sans oublier des remerciements à la dizaine de Dingos (ou ex-Dingos) présents le long du parcours, soit pour être signaleurs, soit pour apporter leurs encouragements si nécessaires ! Et un merci spécial à Michel B., qui a une nouvelle fois joué les reporters photo pour illustrer ces lignes et une page spéciale qui étoffera le blog.

Les résultats :

5 km course : 4e Olivier Miché en 18:28 (3e SEH) - 5e Jérôme Gaby en 18:40 (1er M1H) - 187e Nicole Ramel en 35:17 - 214e Sandrine Moreau en 38:17 - 215e Isabelle Flis-Orliac en 38:17.

10 km course: 95e Boryce Pérate en 46:19 - 130e Frédéric Lancelot en 48:27 - 176e Jean-Luc Mancho en 51:05 - 179e Jean-Pierre Chataigner en 51:10 - 242e Jérôme Monteil en 54:14 - 268e Didier Bouhyer en 55:04 - 275e Alexandrine Pons en 55:19 - 335e Bruno Fiévez en 57:50 - 364e Claude De Souza en 58:47 - 367e Eliane Batisse en 58:51 (2e M3F) - 368e Gilles Ramel en 58:52 - 459e Karine Fourage en 1h 03:01 - 467e Nathalie Carruel-Lancelot en 1h 03:29 - 474e Seav Lao en1h 03:54 - 516e Nathalie Picauron en 1h 06:10 - 518e Françoise Roca en 1h 06:14 - Justine Ramel (avec ses copines) en 1h 09:39.

10 km marche nordique (seuls 24 concurrents ont été classés): 4e Joël Lauzu en 1h 09:55 (2e M1H) - 7e Olivier Lalue en 1h 14:10 (2e M2H) - Thierry :Guillot en 1h 15:09 (3e M2H) - 12e Patrice Conquet en 1h 17:30 - 16e Odile Roland en 1h 19:52 (3e M2F) - 19e Jérôme Thomas en 1h 20:23 - 23e Pierre Roland en 1h 22: 21 - 24e Dominique Bellerose en 1h 22: 23. A noter qu'une dizaine d'autres marcheurs étaient au départ et à l'arrivée de l'épreuve.