MEME LE 10 KM DONNE DU PLAISIR !

Après avoir participé au marathon plusieurs fois comme bénévole, Anne L., qui fait plutôt partie du groupe des marcheurs, s’est lancée cette année un autre défi : courir le 10 km que disputait aussi sa fille Charlotte.

« Un marathon, je ne pourrai jamais en faire un et je ne serai jamais sur un podium » assure la grande marcheuse, qui s’est inscrite il y a quelques années comme « bénévole afin d'avoir l'impression d'avoir participé » à cette prestigieuse épreuve sportive.

« J'ai rencontré des personnes formidables avec une richesse intérieure forte. On ne peut que remercier ces personnes sans qui le marathon n'existerait pas », Mais le bénévolat ne lui a pas suffi, c’est pourquoi elle a pris le départ du 10 km, la première des épreuves programmées ce dimanche.

« Eh oui, on n'oublie pas ses sensations lors d'une course. On n'oublie pas sa première course - La Launaguet’oile 2013 avec Jérôme T. qui faisait le lièvre entre tous les coureurs –. Participer aux 10 km du marathon  a également été une richesse. On court avec des personnes de toutes nationalités, on court avec des personnes handicapées qui vous donnent l'envie d'avancer, on court avec des jeunes qui s'amusent sur tout le parcours, on rencontre des bénévoles qui vous soutiennent avec un sourire, un mot . Bref, un beau parcours.
Le dimanche a été une formidable expérience car j'ai pris du plaisir tout au long. J'encouragerai toutes les personnes, si cette épreuve existe l'année prochaine, d'y aller juste pour courir et trouver du plaisir
 » (pas nécessairement faire un chrono). Ou de connaître « l’arrière du décor avec les bénévoles ».

« J'ai eu une journée belle d'émotion. A faire ! », conclut Anne L.